LogoAppli mobile

Recherche dans Vatican II

Numéro(s) recherché(s): Optatam Totuis 13-18

Optatam Totuis13La révision des études ecclésiastiques

Etudes de base

Avant que les séminaristes entreprennent les études ecclésiastiques proprement dites, qu'on leur fournisse le même bagage humaniste et scientifique qui ouvre aux jeunes gens de leur nation l'accès aux études supérieures; qu'ils acquièrent en outre une connaissance du latin leur permettant de comprendre et d'utiliser tant de sources scientifiques et de documents de l'Eglise (1). On doit tenir pour nécessaire l'étude de la langue liturgique propre à chaque rite, et vivement encourager une connaissance convenable des langues de la Sainte Ecriture et de la Tradition.
(1) Cf. Paul VI, lettre apost. Summi Dei Verbum, loc. cit., p. 993.
Optatam Totuis14Cours d'introduction aux études ecclésiastiques

La révision des études ecclésiastiques doit avant tout viser à ce que les disciplines philosophiques et théologiques soient mieux articulées ensemble et concourent harmonieusement à ouvrir toujours plus grand l'esprit des séminaristes au mystère du Christ, lequel marque toute l'histoire de l'humanité, ne cesse d'influer sur l'Eglise et agit principalement par le ministère des prêtres (1).

Pour donner cette vision aux séminaristes, dès le début de leur formation, les études ecclésiastiques devront commencer par un cours d'introduction, lequel se prolongera pendant le temps nécessaire. Que cette initiation présente le mystère du salut de façon à montrer aux élèves le sens, le plan et la fin pastorale des études ecclésiastiques; de façon aussi à les aider à fonder sur 1a foi et à pénétrer de foi leur vie personnelle tout entière, ainsi qu'à les affermir dans leur vocation embrassée en faisant joyeusement le don d'eux-mêmes.
(1) Cf. Conc. Vat. II, const. dogm. De Ecclesia. n. 7 et 28 AAS, LVII. 1965, pp. 9-11; 33 s. [pp. 23-26; 52- 54].
Optatam Totuis15Etudes philosophiques

Qu'on enseigne les disciplines philosophiques de façon à imprimer aux séminaristes tout d'abord une connaissance ferme et cohérente de l'homme, du monde et de Dieu, en s'appuyant sur l'héritage de la philosophia perennis (1), en tenant compte également des recherches philosophiques plus récentes, notamment de celles qui exercent la plus grande influence dans chaque pays, ainsi que du progrès scientifique moderne. S'ils connaissent bien la mentalité de leur siècle, les séminaristes seront ainsi convenablement préparés au dialogue avec leurs contemporains (2).

L'histoire de la philosophie doit être enseignée de telle sorte que les séminaristes, après avoir pénétré les principes ultimes des différents systèmes, en retiennent ce qui, chez eux, s'avère être vrai, puissent détecter les racines des erreurs et les réfuter.

Que la façon même d'enseigner suscite chez les séminaristes l'amour de la vérité rigoureusement recherchée, observée et démontrée, et en même temps leur fasse prendre honnêtement conscience des limites de la connaissance humaine. Qu'on porte grande attention au lien unissant la philosophie avec les véritables problèmes de vie et avec les questions qui préoccupent les élèves; qu'on les aide à percevoir les liens existant entre les questions philosophiques et les mystères du salut que la théologie fait envisager à la lumière supérieure de la foi.
(1) Cf. Pie XII. encycl. Humani generis, 12 août 1950: AAS, XLII, 1950, pp. 571-575.
(2) Cf. Paul VI, encycl. Ecclesiam suam, 6 août 1964: AAS, LVI, 1964. p. 637 s.
Optatam Totuis16Etudes théologiques

Les disciplines théologiques doivent être enseignées à la lumière de la foi et sous 1a conduite du Magistère de l'Eglise (1), de telle sorte que les séminaristes puisent avec grand soin la doctrine catholique dans la Révélation divine, la pénètrent profondément, en fassent l'aliment de leur propre vie spirituelle (2) et sachent l'annoncer, l'exposer et la défendre dans le ministère sacerdotal.

a) Ecriture sainte

Les séminaristes doivent être formés avec un soin particulier à l'étude de l'Ecriture sainte, qui doit être comme l'âme de la théologie tout entière (3); après une introduction appropriée, qu'on les initie soigneusement à la méthode exégétique, qu'on leur fasse bien voir les grands thèmes de la Révélation divine et qu'on leur fournisse encouragement et aliment pour la lecture et 1a méditation quotidienne des saints Livres (4).

b) Théologie dogmatique

Dans l'enseignement de la théologie dogmatique, on suivra l'ordre suivant: d'abord, on proposera les thèmes bibliques; on montrera ce qu'ont apporté, pour la fidèle transmission et l'explication de chacune des vérités révélées, les Pères de l'Eglise d'Orient et d'Occident, et on enseignera l'histoire ultérieure du dogme, sans perdre de vue sa relation avec l'histoire générale de l'Eglise (5); ensuite, pour éclairer aussi pleinement que possible les mystères du salut, les séminaristes apprendront à les pénétrer plus profondément au moyen de la spéculation, sons la conduite de saint Thomas, et à découvrir leur lien mutuel (6); ils apprendront à reconnaître ces mystères toujours présents et agissants dans les actions liturgiques (7) et dans toute la vie de l'Église; ils apprendront ensuite à chercher la solution des problèmes humains à la lumière de la Révélation, à appliquer les vérités éternelles aux conditions changeantes de l'humanité et à les transmettre sous une forme adaptée à nos contemporains (8).

c) Autres disciplines théologiques

Les autres disciplines théologiques doivent de même être renouvelées par un contact plus vivant avec le mystère du Christ et l'histoire du salut. On apportera un soin particulier à l'enseignement de la théologie morale. L'exposé scientifique de cette matière devra être davantage nourri de la doctrine de la Sainte Ecriture. Il mettra en lumière la sublime vocation des fidèles dans le Christ et leur devoir de porter des fruits dans la charité pour ta vie du monde. De même, dans l'enseignement du droit canonique et de l'histoire de l'Eglise, on considérera le mystère de l'Eglise selon la constitution dogmatique De Ecclesia promulguée par le présent Concile. La sainte liturgie, qui doit être considérée comme la source première et nécessaire de l'esprit chrétien, devra être enseignée dans l'esprit des articles 15 et 16 de la constitution De Sacra Liturgia (9).

d) Connaissance des diverses Eglises et religions

En tenant compte judicieusement des différentes conditions locales, on amènera les séminaristes à une meilleure connaissance des Eglises et des Communautés ecclésiales séparées du Siège apostolique romain, pour qu'ils puissent travailler à la restauration de l'unité entre tous les chrétiens, selon les prescriptions du présent Concile (10). Qu'on les initie également à la connaissance des autres religions plus répandues dans telle ou telle région, pour mieux reconnaître ce que, par la Providence divine, elles possèdent de bon et de vrai, réfuter les erreurs et communiquer à ceux qui ne l'ont pas la pleine lumière de la vérité.
(1) Cf. Pie XII, encycl. Humani generis, 12 août 1950: AAS, XLII, 1950, pp. 567-569; allocution Si diligis, 31 mai 1954: AAS, XLVI, 1954, p. 314 s.; Paul VI, allocution aux étudiants de l'Université pontificale grégorienne, 12 mars 1964: AAS, LVI, 1964, p. 364 s.; Conc. du Vat. Il, const. dogm. De Ecclesia, n. 25: AAS LVII, 1965, pp. 29-31. [pp. 47-49].
(2) Cf. S. Bonaventure, Itinerarium mentis in Deum. Prol. n. 4: " (Que personne) ne croie que lui suffise la science sans l'onction, la spéculation sans la dévotion, la recherche sans l'admiration, la circonspection sans l'exultation, le travail sans la piété, la science sans la charité, l'intelligence sans l'humilité, le zèle sans la grâce divine, le reflet sans la science divinement inspirée " (S. Bonaventure, Opera Omnia. V. Quarracchi 1891, p. 296).
(3) Cf. Léon XIII. encycl. Providentissimus Deus, 18 nov. 1893: AAS, XXVI, 1893-1894, p. 283.
(4) Cf. Commission pontificale pour les études bibliques, Instructio de Sacra Scriptura recte docenda, 13 mai 1950: AAS. XIII, 1950, p. 502.
(5) Cf. Pie XII, encycl. Humani generis, 12 août 1950: AAS, XLII. 1950, p.568 s.: " Par l'étude des sources, les sciences sacrées rajeunissent sans cesse tandis que la spéculation qui néglige de pousser au-delà l'étude du dépôt révélé, l'expérience nous l'a appris devient stérile ".
(6) Cf. Pie XII, discours aux élèves des séminaires, 24 juin 1939: AAS. XXXI, 1939, p. 247: " En recommandant la doctrine de saint Thomas, on ne supprime pas l'émulation dans la recherche et dans la diffusion de la vérité, mais on la stimule plutôt et on la guide ". -- Paul VI, allocution prononcée à l'Université pontificale grégorienne, le 12 mars 1964: AAS, LVI, 1964, p. 365: " (Les Maîtres)... porteront également une attention respectueuse à l'enseignement des Docteurs de l'Église, parmi lesquels saint Thomas tient la première place. Il y a en effet chez le Docteur angélique tant de puissante intelligence, tant de sincère amour de la vérité, tant de sagesse dans l'approfondissement, la présentation et la synthèse des plus hautes vérités, que sa doctrine est l'instrument le plus efficace, non seulement pour asseoir la foi sur les bases sûres, mais aussi pour percevoir d'une façon efficace et assurée les fruits d'un sain progrès ". -- Cf. également Allocution devant le VIe Congrès thomiste international, 10 sept. 1965: AAS, LVII, 1965, pp. 788-792.
(7) Cf. Conc. Vat. II, const. De sacra Liturgia, n. 7 et 16: AAS, LVI, 1964, pp. 100 s. et 104 s. [pp. 130- 131, 134].
(8) Cf. Paul VI, encycl. Ecclesiam suam, 6 août 1964: AAS, LVI, 1964, p. 640 s.
(9) Conc. Vat. II, const. De sacra Liturgia, n. 10, 14, 15, 16; sacrée congrégation des Rites, Instructio ad executionem Constitutionis de sacra Liturgia recte ordinandam, 26 sept. 1964, n. 11 et 12: AAS, LVI, 1964, p. 879 s. [pp. 132, 133-134].
(10) Cf. Conc. Vat. II, décret De Oecumenismo, n. 1, 9, 10: AAS, LVII, 1965, pp. 90 et 98 s. [pp. 497-498, 507].
Optatam Totuis17Orientation de cette formation doctrinale

Toutefois, la formation doctrinale ne doit pas tendre à une pure transmission de concepts, mais à une véritable éducation intérieure des séminaristes. Aussi devra-t-on reconsidérer les méthodes d'enseignement en ce qui concerne les cours, les discussions et les exercices, et on encouragera le travail des séminaristes en privé ou en petits groupes. On veillera attentivement à l'unité et à la solidité de toute la formation, en évitant de multiplier outre mesure les matières et les heures de cours, également en laissant de côté les questions qui n'ont plus guère d'importance ou qui doivent être renvoyées aux études universitaires supérieures.
Optatam Totuis18Formation scientifique spéciale dans certains cas

Aux évêques incombe le soin d'envoyer dans des Instituts particuliers, facultés ou universités,.les jeunes ayant les aptitudes voulues d'intelligence, de vertu et de caractère, afin de préparer, dans les sciences sacrées - mais aussi dans les autres sciences où cela paraîtra nécessaire - des prêtres qui auront une formation scientifique approfondie et pourront répondre aux diverses exigences de l'apostolat; mais qu'on ne néglige nullement leur formation spirituelle et pastorale, surtout s'ils ne sont pas encore revêtus du sacerdoce.
Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 30/11/1959