LogoAppli mobile

Onction des malades

Bien sûr, mais on préfère aujourd’hui parler de « l’onction des malades », un sacrement qui s’enracine très loin dans (...)
André KÉRYGME
Selon le droit actuel de l’Église, seuls les prêtres sont les ministres de ce sacrement. Et, s’il faut en croire (...)
André KÉRYGME
On évitera de le faire, ne serait-ce que pour éviter de prendre ce sacrement pour un rite magique. Le rituel en (...)
André KÉRYGME
Oui, si le malade, qui a reçu l’onction et s’est rétabli, redevient malade ou si, durant la même maladie, le péril (...)
André KÉRYGME
« Pour autant qu’il soit possible, la célébration de l’onction doit être précédée du sacrement de pénitence ; ceci (...)
André KÉRYGME
Le rituel note fort justement que « dans la majeure partie des cas, les sacrements sont donnés hors du cas (...)
André KÉRYGME
Dans l’évangile, nous voyons Jésus faire de nombreuses guérisons et envoyer les apôtres faire de même pour (...)
André KÉRYGME
Comme son nom l’indique, ce sacrement est celui des malades, et non celui des vieillards ou des mourants. Mais (...)
André KÉRYGME
Comme la Confirmation, le sacrement comporte une imposition des mains et une ou plusieurs onctions d’huile, ici (...)
André KÉRYGME
Pour signifier et prolonger l’attention privilégiée portée par Jésus aux malades... et parce que ceux-ci ont bien (...)
André KÉRYGME
La parole prononcée par le prêtre au moment même de l’onction en dit le bénéfice attendu : le pardon des péchés et (...)
André KÉRYGME
Aider un frère ou une sœur à quitter en paix cette vie en lui rappelant l’espérance ouverte par son baptême, voilà (...)
André KÉRYGME
Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !