LogoAppli mobile

Lire la Bible avec les enfants tout-petits

Pour découvrir la Bible avec les enfants tout-petits, il est particulièrement important de mettre le message du texte à la portée de leur intelligence et de parler leur langue. Cela demande une préparation spéciale.

« Lire » la Bible ?

Oui, mais autrement. Les enfants sont très curieux et ils aiment les histoires ; par contre, ils ne sont pas capables de se concentrer longtemps. Travailler des représentations abstraites avec eux se révèle souvent difficile. Il vaut mieux utiliser des objets ou des images. Une bonne suggestion serait, par exemple, de leur présenter le texte biblique sous la forme de bande dessinée.

S’adapter à la langue des enfants

Les textes lus aux enfants seront relativement courts. La longueur des phrases sera adaptée au niveau de langage des enfants. On trouvera des textes adaptés aux enfants, par exemple, dans des Bibles pour enfants, mais il est parfois nécessaire d’adapter ces textes-là pour la lecture en groupe.

Soutenir leur attention

Beaucoup d’enfants pourront mieux se concentrer si on intègre des moments actifs (chanter, bouger, activités ludiques). On gagnera à faire une lecture à plusieurs voix du texte à travers un jeu de rôle. Les enfants seront plus attentifs à un texte raconté qu’à un texte lu.

Les rendre actifs

Certains enfants aiment participer activement. D’autres sont timides et n’osent pas s’engager dans une activité. On peut stimuler leur participation active, en leur demandant de répondre à des questions sur le texte ou de placer des objets correspondants au texte. En vue d’approfondir le message, il est possible de le retravailler de façon créative, pétrir, colorier, dessiner, bricoler des objets présents dans les récits, représentations (p. ex. l’entrée à Jérusalem, elles permettent aux enfants de faire une procession), etc.

Organiser l’espace à leur intention

Idéalement, les groupes d’enfants sont assis en cercle, et pas nécessairement sur des chaises, on peut utiliser des coussins ou un tapis. Le centre du cercle peut être orné selon le thème et de façon adaptée aux enfants. On veillera à ce que les enfants puissent « se saisir » des objets à leur disposition sans se blesser.

Garder la structure et les rites

Pour des groupes réguliers d’enfants, le thème peut être symbolisé par un objet (cierge, tissus…) qui est complété à chaque nouvelle rencontre par des éléments supplémentaires. On recommande des rituels, par exemple, un chant pour commencer et pour terminer, ou une explicitation du signe de la croix adaptée aux enfants (Dieu nous aime de haut en bas et de tous côtés).

L’implication des parents

Jusqu’à un certain âge, les enfants sont accompagnés de leurs parents. Il est souhaitable de les impliquer dans la démarche en leur donnant une feuille de chants, le texte biblique ou une tâche spécifique. On pourrait aussi leur proposer d’autres activités ou du matériel d’approfondissement.

Le choix des textes

Dans le choix des textes bibliques destinés aux enfants, on veillera à ce que le message soit élaboré le plus clairement et le plus positivement possible. On montrera aux enfants une représentation positive de Dieu, de son message, notamment, de son parti pris pour les faibles. Ils verront grandir en eux-mêmes la joie de partager les histoires bibliques, de croire, de choisir le bien. On éveillera leur curiosité et on l’éclairera.

À ne pas oublier : un temps de partage convivial

Un temps de partage convivial pour clôturer la rencontre en partageant une boisson et un biscuit. Cela renforce la connaissance réciproque et le sentiment d’appartenance au groupe. Les parents ont aussi l’occasion d’échanger sans contrainte.

Bibliographie pour aller plus loin

  • CHAPMAN G., Activités manuelles autour de la Bible, Ligue pour la lecture de la Bible, Paris, 1999.
  • SOCIETE BIBLIQUE FRANÇAISE, Atelier Bible. Activités ma-nuelles, SBF, Paris, 2013.
  • TURIOT C. - FIEVET A.S., Je sais lire la Bible, 1, 2, 3 et 4, Sal-vator, Paris, 2000.

Exemple pratique 1 : Atelier biblique avec les enfants

Atelier sur les Rois Mages. Lecture de Matthieu 2, 1-12.

Temps prévu : journée de 3 h 30.

On peut songer à une matinée ou un après-midi pendant le temps de l’Avent ou l’Epiphanie.
À prévoir : des biscuits, des boissons et une équipe de bénévoles pour assurer le bon déroulement de l’activité.

1. Accueil (5’)

Arrivée des enfants, qui reçoivent un badge avec leur nom et prennent place dans la salle.

2. Ouverture (10’)

Proposer un jeu pour faire connaissance.
Chanter tous ensemble, afin de créer une atmosphère joyeuse et participative, propice au bon déroulement de la journée.

2. Introduction au thème (15’)

Lecture racontée du récit de Rois mages (Mt 2,1-12). Pour cela, préférer les éditions de bibles pour enfants ou des récits adaptés proposés sur les sites catéchétiques.
On peut aussi utiliser des ombres chinoises ou des figurines.

3. Ateliers de bricolage (60’)

On peut proposer divers ateliers en petits groupes :

  • Atelier en musique (on apprend différents chants thématiques) ;
  • Jeu scénique (on s’exerce à joue la scène entendue dans la lecture) ;
  • Bricolage (les décors et objets de scène, les couronnes, les étoiles, etc.) ;
  • Le thème des cadeaux : expérience des sens (encens), la signification des cadeaux des rois, etc.

4. Pause (30’)

Faire une pause avec thé, cacao, galettes des rois.

5. Plenum (30’)

Les enfants présentent ce qui a été fait dans les ateliers ; on chante tous ensemble des chants de circonstance.

6. Préparation de la célébration (30’)

Courte pause, fin des préparatifs, répétitions des chants et déplacement jusqu’à l’église.

7. Célébration avec bénédiction des enfants (30’)

Les parents sont invités à la célébration. On peut aussi inviter personnellement tous les parents dont les enfants ont été baptisés dans l’année.
On joue ou on raconte la scène biblique en intégrant des chants.
La célébration finit avec la bénédiction des enfants.

Exemple pratique 2 : Célébration de la Parole avec les tout-petits

Le bon Samaritain. Lecture de Lc 10, 29-37.

On invite les parents de la paroisse avec leurs petits enfants de moins de 7 ans.
Plusieurs textes bibliques se prêtent bien : les paraboles, les récits de l’enfance de Jésus, ou bien ceux du Premier Testament : Noé, Jonas, etc.
Il faut prévoir :

  • Un lieu approprié et aux enfants et à la célébration ;
  • Une copie du texte en plusieurs langues et avec une petite explication pour les parents ;
  • Une durée d’entre 30 et 40 minutes ;
  • Prévoir aussi du jus de fruit et de gâteaux pour la fin.

1. Introduction à la célébration (5’)

Commencer par le signe de la croix, expliquer de façon adaptée aux enfants le sens du geste.
Chants de circonstance

2. Lecture du texte biblique (20-30’)

Lecture du texte racontée à partir d’une Bible adaptée aux enfants (5’). Souligner les traits des personnages : l’homme victime, le prêtre, le lévite, le Samaritain, etc.

Première relecture : à l’aide de différentes images, raconter encore une fois le texte biblique aux enfants (5-10’).
Cela peut se faire à l’aide d’une projection d’images ou bien avec des images plastifiées en format A3.
Inviter les enfants à décrire ce que l’on peut voir sur les images et les mettre en relation avec le texte écouté.

Chant

Seconde relecture : à partir de figurines Playmobil, pour permettre aux enfants de s’approprier du texte, après l’avoir entendu et regardé (5- 10’).
La scène est construite avec des tissus et tous les personnages qui apparaissent dans la parabole sont représentés par des figurines Playmobil.

Actualisation dans le quotidien des enfants (5’)
Cela peut se faire par une question : Que faites-vous lorsque vous voyez dans la cour de récréation qu’un enfant s’est fait mal ? Vous allez près de l’enfant et vous le consolez ou vous prévenez des adultes, afin qu’ils puissent lui venir en aide. Ainsi vous agissez comme le bon Samaritain.

3. Prière (5’)

L’animateur fait une brève prière qui reprend l’idée principale de la célébration, par exemple :

Jésus, amis des pauvres,
Aide-nous à être comme le Bon Samaritain :
solidaires de ceux et celles qui souffrent.
Aide-nous aussi à vaincre la tentation de l’indifférence.
Amen.

Terminer avec le Notre Père gestué et la bénédiction.

Chant.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Luis MARTINEZ

Référent de pastorale biblique, diocèse de Luxembourg

(re)publié: 01/02/2021