LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Eté 2002

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci.

Oncle Pierre disait :

« Lorsque tu ne peux plus aimer, tu n’es plus une personne vivante. »

Et il disait encore :
« Nous n’avons pas à devenir des saints, mais à le rester. »

Départ en vacances

Les GO de Port Saint Nicolas vous souhaitent que vos vacances vous permettent de vous retrouver à la rentrée dans le même état que ces valeureux marins photographiés juste avant leur embarquement pour la vie...

Une histoire d’Ambroisielle

Ambroisielle, la copine (handicapée de naissance) du sacristain raconte cette histoire :
Maman regrettait parfois tout haut devant moi de n’être pas restée chez les clarisses. « Mais Maman, si saint François t’avait gardée (!) tu n’aurais pas connu Papa et tu ne m’aurais pas EUE !!!! » Maman me regardait avec un long regard profond, soupirait, souriait, riait, et m’embrassait très très fort. Avec le regard adulte (??!) je pense qu’elle devait embrasser la CROIX !

Interview du cardinal Godfried Danneels

Lu dans La Croix, extraits de l’interview du cardinal Godfried Danneels, archevêque de Malines-Bruxelles :

Concernant la sécularisation de la société :
Je crois que la sécularisation en tant que telle est irréversible. Ce n’est pas d’ailleurs tout à fait négatif parce que, au fond, la sécularisation vient un peu du christianisme qui dit lui-même : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » C’est un champ sur lequel il faut semer, en adoptant les méthodes d’évangélisation à une nouvelle situation.

Au sujet de de la loi sur l’euthanasie récemment adoptée en Belgique :
Je n’ai pas compris comment, pendant de longues, longues heures d’audition, on a écouté des médecins, d’autres personnes qui avaient des objections à cette loi, sans jamais y prêter attention. Tous les perfectionnements proposés sous forme d’amendements ont été refusés, en bloc. Je crois que cette loi n’est pas un motif de fierté pour la Belgique parce qu’elle va très loin, très loin. Elle est tellement libérale que, même quand on n’est pas en phase terminale de vie, quand on est psychiquement déprimé et qu’on souffre, eh bien, on peut demander l’euthanasie. La valeur et la dignité d’une vie humaine dépendent de la soi-disant qualité de vie. Pour l’Etat belge, il y a donc des vies humaines qui n’ont pas de valeur. Comme signal sur la conception de l’homme, c’est inquiétant.

Sur l’Europe :
L’Europe est une nécessité. Mais quelle Europe ? On a fait surtout une Europe économique, un petit peu une Europe culturelle et une Europe sociale. Une Europe morale, ce n’est pas encore pour demain. On passe trop lentement d’une Europe économique à une Europe vraiment humaine. L’Europe n’a pas encore d’unité. Il faudra encore beaucoup de temps pour qu’un Français ou un Espagnol dise : ’’Je suis d’abord européen.’’ Pour y parvenir un jour, il faudrait d’abord que les « techniciens » de l’Europe se rapprochent des peuples et que l’on développe les échanges au niveau de la jeunesse. On pourrait faire beaucoup plus dans ce domaine.

Consolation en forme de poème

Oh toi, privé de joie, qui te crois solitaire, incompris, mal aimé, Ecoute-moi !
Oh toi, privé de force, qui te crois malade, isolé, mal aimé, Ecoute-moi !
Oh toi, privé d’emploi, qui te crois coupé du monde, mis à l’écart, mal aimé, Ecoute-moi !
Oh toi, privé de dignité, qui te crois regardé, désapprouvé, mal aimé, Ecoute-moi !
Oh toi, sidéen, qui te crois montré du doigt, puni, mal aimé, Ecoute-moi !
Oh toi, cancéreux qui te crois abandonné, écarté, mal aimé, Ecoute-moi !
Ecoute-moi, toi qui pleures d’avoir pleuré, toi qui ne comprends pas, à force de trop chercher, toi que tes souvenirs submergent, toi qui contemples tes souffrances, toi qui n’as plus faim, toi qui as oublié... jusqu’à ton prénom, toi qui ne parles plus, parce que tu as trop à en dire,
Ecoute-moi, toi qui souffres et qui cherches. Cesse d’obéir à tes faux dieux : ce sont autant d’idoles qu’il te faut abandonner, car en croyant en ton malheur, tu renforces son pouvoir.
Quitte sans regret le monde des faux-semblants, détache-toi des apparences, et considère que la souffrance n’est pas forcément fille de désespérance.
Accepte de voir la lumière au plus profond de tes épreuves, ouvre les portes de ton cœur au Christ qui vit en toi.
Ecoute-Le qui s’adresse à toi. Il te dit aujourd’hui : « Je t’inonderai d’une vie nouvelle, inconnue de toi ; je sèmerai en toi des paroles de joie, et tu renaîtras à la vie. Je poserai sur tes épaules meurtries un vêtement de lumière... » Ne pleure pas sur toi, toi dont le cœur saigne, ne te lamente pas, mais offre-toi en sacrifice, comme le Christ s’est lui-même offert à toi et pour toi.
Accepte de partager avec Lui ta souffrance, fais-en don à tes proches, et Il te comblera de grâces.
Tu te demandes qui est Celui qui t’aime sans que tu le sollicites ? J’imagine qu’il pourrait te répondre Lui-même : « Je suis la lumière qui ne cesse de t’accompagner. Je suis celui qui ouvre les bras à l’enfant pourchassé. Je suis celui qui aime ceux qui ne s’aiment pas. Je suis celui qui donne vie à ceux qui se sont assoupis. »
Ne désespère jamais : ouvre-moi plutôt les portes de ta maison, et j’en ferai une basilique.

(Thierry Gamelin)

Une petite histoire de holding

Imaginons un adolescent dans les instants les plus banals de sa vie. Il boit un verre d’eau, téléphone en faisant le 7, fait ses devoirs avec des manuels Nathan ou Bordas, cherche un mot dans le Larousse, une précision dans le Quid. Il lit L’étudiant pour s’orienter, écoute un CD de Nirvana ou d’Eminem, s’en va au cinéma voir « Mulholland Drive » ou « Un homme d’exception ». De retour, il se met à son ordinateur, où son petit frère jouait à Adibou, introduit Diablo II, puis se connecte sur le site de jeu Flipside.com. A côté, son père laisse tomber L’Express et L’Expansion pour lire « Le monde n’est pas une marchandise » de Jose Bové (éditions La Découverte), tout en écoutant un opéra de Verdi de la Deutsche Grammophon. Il allume la télévision. Après un bref passage sur i-television, il zappe sur Canal+ puis s’arrête sur un documentaire de Planète diffusé par CanalSatellite. Avant d’aller se coucher, il descend les poubelles collectées par Onyx. Sa femme revient en tramway (exploité par Connex) du cinéma UGC, se connecte avec PortstNicolas sur le site Internet Divento pour acheter des places pour Guy Bedos à l’Olympia et passe un coup de téléphone sur son portable SFR. Dans toutes ses activités, cette famille (vous peut-être ?) n’a pas quitté l’univers de Vivendi-Universal.

Noé, premier administrateur système

La bataille pour savoir qui sera finalement le patron d’Internet est relancée. Aux dernières nouvelles des bookmakers londoniens, St Isidore (493 contre 1) n’a aucune chance. St Nicolas (3 contre 1) en revanche reste dans la course. Un nouveau venu pourrait bien lui ravir sa légitimité pourtant naturelle [1] : Noé, actuellement à 12 contre 1, était en fait le premier administrateur système que le monde ait connu !

Le nouveau pape voit orange [2]

Michel Blanc, patron de France Télécom, a déclaré dernièrement : « ...et quand les actions sont à 200, je dois me proclamer pape ? » Bon pour l’instant, on n’y est pas encore, mais le futur se prépare. Jean-Paul II résiste malgré ses problèmes de santé et cela donne le temps nécessaire aux traders de faire remonter les cours, avant le premier pape français depuis des siècles.

Solution de l’énigme de mai 2002

Le sacristain, suite a des demandes répétées donne, pour une fois, la solution d’une de ses énigmes, celle du mois de mai 2002 :
La secte (solution donnée en image).

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Cette énigme a été proposée par une fidèle amie du Port :
A quoi font penser ces mots :
« Jean Eudes »,
Verosvres,
Une petite-fille de Madame de Ségur,
Juin,
Paris XVIII,
16 novembre ?

[1St Nicolas étant le patron des navigateurs, il est de facto depuis le 6 décembre 1995 aussi celui de tous les surfeurs sur le web, des logiciels navigateurs et autres explorateurs de tous les océans virtuels de la planète.

[2Orange est la division ’mobiles’ de France Télécom.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/07/2002