LogoAppli mobile

Vœux

« L’essentiel, en ce monde, n’est pas l’endroit où nous sommes, mais la direction dans laquelle nous marchons. » Il est heureux que cette affirmation figuresur une carte de vœux. Elle est un rappel judicieux de l’attention portée à ce que l’on vit chacun et du sens à donner à toutes nos activités. Elle incite à regarder plus loin et à sortir de l’illusion que le présent est définitif. La vie implique la marche.

Même si aujourd’hui les cartes de vœux sont moins nombreuses et les mails en plus grand nombre - un peu trop stéréotypés - il serait dommage que cette pratique tombe en désuétude car elle est bénéfique à plus d’un titre.. Ce courrier annuel écrit à la main entretient des relations qui, avec le temps, pourraient tomber dans l’oubli. Au-delà d’un certain formalisme, cet échange rappelle les visages et les regards de ceux avec qui on a fait un peu de route ou partagé un peu de temps.. Ce que l’on a vécu dans le passé laisse des traces en nous, même si, comme nous le disons parfois : « nous nous sommes quelque peu perdus de vue. » Preuve en est un courrier reçu récemment : « Je vous ai connu en 1973 au lycée lorsque vous longiez les immenses couloirs de l’établissement afin de rejoindre le local où les jeunes étaient heureux de vous retrouver. » Les vœux sont aussi l’occasion de renouveler des "merci", de redire notre reconnaissance pour un service rendu en cours d’année, de prendre conscience d’avoir fait du bien à quelqu’un sans le savoir, simplement par un geste, une parole de notre part.

On peut également rappeler à notre correspondant des petits rêves fous qui l’aident à se projeter dans un avenir : « Puisses-tu trouver l’énergie et surtout la paix et la sérénité pour entrer et suivre ton chemin en 2016. Ce chemin qui, nous disais-tu, était « celui des dernières fois .Si ces renoncements se transforment en sagesse, pourquoi pas ? C’est le regard que l’on porte qui va permettre de garder confiance et de trouver un sens nouveau. »

Sans cette dimension de notre être, faite de projets, c’est l’enfermement dans le présent où manque toujours le souffle de la nouveauté. A chaque début d’année, laisser venir en nous et exprimer nos espérances, nos rêves, c’est s’inviter soi-même à passer aux actes pour ne pas en rester à de vaines déclarations. Dominique Quinio dans le journal La Croix a écrit : « Pour que fleurissent ces vœux, faisons vœu, comme disent les religieux, d’engagement. Faisons vœu d’enthousiasme contre la morosité et la "râlerie" ambiantes ; faisons vœu d’accepter, d’espérer même l’inattendu, en renonçant à tout maîtriser, à tout prévoir, à tout contrôler. »

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Michel AMALRIC

Prêtre du diocèse d’Albi, chargé de la communication.

(re)publié: 01/01/2016