LogoAppli mobile

Aimer, je puis toujours

Ce texte a été trouvé après sa mort, dans les cahiers d’une religieuse de 87 ans, atteinte d’un cancer qui l’avait privée de la parole. Familière de la souffrance et de la solitude, elle livre dans ces lignes, qu’elles soient de sa main ou empruntées à quelqu’un d’autre, ce qui fait le cœur de sa vie de consacrée : l’Amour.

Bien longue est ma journée,
Eternel est l’Amour.

Bien petite est ma chambre,
Infini est l’Amour.

Solitaire est mon cœur,
Mais peuplé par l’Amour.

Chanter, je ne peux plus,
Aimer, je puis toujours.

Agir, je ne peux plus,
Aimer, je puis toujours.

Penser, je ne peux plus,
Aimer, je puis toujours.

Prier, je ne peux plus,
Aimer, je puis toujours.

Pleurer, je ne peux plus,
Aimer, je puis toujours.

Rien ne me restera,
Mais restera l’Amour.


Aloyse SCHAFF
as1932@gmail.com
 
(re)publié: 12/07/2018