LogoAppli mobile

Fais-nous entendre ta voix

Dietrich Bonhöffer, arrêté par le régime nazi en 1944, écrivait ce poème pour le nouvel an 1945.

Entourés d’une discrète présence
nous prodiguant la vie chaque matin
nous pouvons en paix et en confiance
envisager sereinement demain.

Enveloppés de forces bienveillantes,
nous sommes sûrs d’un avenir béni.
Tu veilles, compagnon de nos attentes,
toi, visiteur caché de notre vie.

Fais nous entendre ta voix qui redresse
quand nous ployons sous le poids du malheur,
et ouvre l’horizon de ta tendresse
si crainte et peur font dériver nos coeurs.

Ta parole fasse lever l’aurore
de notre humanité transfigurée,
en toutes nos opacités éclore
un souffle neuf chantant la joie d’aimer.

Sous nos pas fleuriront pour notre terre
justice et paix, amour et vérité
et de nos mains des perles de lumière
s’offriront aux assoiffés de bonté.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Dietrich BONHÖFFER
(re)publié: 31/01/2004