LogoAppli mobile

Ta Parole, Seigneur, est lumière sur mon chemin

Nombres 21,4-9, Jean 8,21-30

Tel est l’adage d’une image que m’a donnée un de mes petits-neveux à l’occasion de sa première communion.
La petite carte est charmante car très simple.
Elle représente, un petit blondinet marchant allégrement sur un chemin zigzaguant qui débouche sur un gros livre ouvert.
Le marcheur porte sur son épaule droite une baguette où est accrochée une lampe toute illuminée.
La formule me plait bien mais j’aurais peut-être aimé que l’on mette : Ta parole, Seigneur, est lumière sur NOS chemins.
La lecture de la Bible est souvent difficile, et on a grand avantage à en discuter entre croyants. Cela s’est encore révélé juste dans ma paroisse, où lors de chaque eucharistie matinale, on est invité à partager ce que ces textes nous inspirent. II s’agissait des textes de cette année, du mardi de la cinquième semaine de carême, où on a lu : Nombres 21, 4-9, et Jean 8, 21-30.
Dans le premier texte, il est question des Israélites qui cheminent dans le désert et se font mordre par des serpents venimeux. Ils sont invités à tourner leur regard (les Israélites, pas les serpents) vers un bâton en forme de serpent que tient Moïse au-dessus de leur tête. Ils évitent ainsi de mourir.

Dans le second texte de Jean, Jésus déclare « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme » - autrement dit quand je serai sur la Croix - « vous comprendrez que moi : JE SUIS. »
Un des participants a dit son émerveillement sur la transformation radicale du symbole de la croix avant et après Jésus-Christ.
Instrument de supplice horrible inventé par les Romains pour maintenir dans la crainte les peuples colonisés, la croix, après Jésus-Christ, est devenue objet de salut et de vénération.
Un autre des participants s’est extasié sur le travail intelligent des liturgistes, qui ont associé, dans une même célébration, deux textes écrits à des centaines d’année d’intervalle. Compte tenu de leur similitude, car dans les deux textes, il s’agit de se tourner vers un objet à première vue d’horreur qui va devenir objet, de salut, on ne peut douter de l’unique inspiration du Saint-Esprit qui les anime. C’est le cas de le dire. Ça saute aux yeux.
Enfin au terme de nos discussions il est apparu que ces deux textes pouvaient bien avoir été inspirés par Dieu pour nous donner une image forte, sur la transformation radicale qui implique une conversion vraie.
À méditer !

À des siècles d’intervalle, Seigneur, on peut dire que Tu as de la suite dans les idées.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/01/2015