LogoAppli mobile

La porte étroite

« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite » nous dis-Tu, Seigneur, en saint Luc (Lc 13,22-30). Et quand on prend le texte grec, c’est paraît-il encore plus abrupt. Tu parlerais non pas d’un effort à faire, mais d’un combat à mener. On serait nombreux à vouloir entrer, à passer par cette petite porte et il faudrait jouer des coudes, se battre pour y arriver.

Alors Seigneur, quand on mène une petite vie ordinaire, simplement honnête, ce serait incompatible avec la possibilité d’accéder au Royaume éternel ? Avoue que c’est un peu effrayant. Est-ce que vraiment il est indispensable de se faire mal ou même d’être maso pour y arriver ?

Mais Tu n’as pas dit cela au jeune homme riche. Tu as parlé d’observer les commandements : pas d’adultère, pas de tuerie, pas de vol, pas de faux témoignage, respect des père et mère et amour du prochain, et encore seul Matthieu ajoute le dernier point. Mais même avec ce rajout, ça paraît faisable, pas tellement sorcier quoi !
Oh ! Seigneur, encore une fois je me surprends à vouloir T’enfermer dans des normes précises : « ça, c’est permis, ça c’est défendu ! » de façon à être en règle vis-à-vis des autres et vis-à-vis de moi.

Saint Pierre l’a fait avant moi, en te demandant : « Combien de fois dois-je pardonner ? ». Et il pensait sûrement être généreux en proposant 7 fois. Mais ce n’est pas un exemple à suivre puisqu’il s’est fait remettre à sa place, vite fait. Ta réponse est venue rapide et cinglante : « Non pas 7 fois, mais 77 fois 7 fois », autrement dit toujours !
Dans ce même passage on Te demande : « N’y aura t’il qu’un petit nombre d’élus ? » parce que suivant ta réponse :
- « Mais non, vous serez très nombreux », c’est pas la peine de s’en faire on y sera tous ;
et si la réponse est :
- « Effectivement il n’y aura pas grand monde », c’est pas la peine non plus de s’y mettre, ça sera trop difficile.

Pas très motivant tout ça !

C’est sûr, on aimerait bien que Tu poses des balises qu’il ne faudrait pas dépasser (Dépassement dangereux, Article tant du Code de Bonne Conduite). Mais jusqu’aux balises, on pourrait espérer se retrouver au Royaume avec une place de strapontin, une place au rabais peut-être, mais une place quand même.

Il suffit de faire cet énoncé pour se rendre compte qu’il ne peut Te convenir. Toi, Tu nous aimes, et en amour on ne compte pas ! Tu es un Père prodigue.
Moi, je Te dis que je T’aime, mais c’est sans doute avec modération, peut-être même avec grande modération... Pauvre de moi !

De plus, c’est vrai, comment fixer des balises qui seraient universelles, valables pour tout un chacun, alors que pour être juste, il faut tenir compte des circonstances ? Tu ne demanderas sûrement pas la même chose à celui qui a été favorisé en amour, en santé, en intelligence, en éducation, et à celui qui au départ de son existence a trouvé un billet d’entrée en Maison d’Arrêt dans son berceau ! Et là, je suis d’accord avec Toi, Seigneur, c’est beaucoup plus juste, c’est évident.

Mais quand même, Seigneur, l’exemple de certain de tes amis, me rebute fort. On a l’impression qu’ils recherchent la souffrance, qu’ils mènent un combat inhumain contre eux-mêmes : privation de nourriture, de repos, coups même, tout leur est bon pour se mortifier. Pour combattre, ils combattent, ils se combattent durement, mais leur exemple ne m’attire pas, il me ferait plutôt fuir.

Je pense à sainte Catherine de Sienne, à saint Ignace de Loyola, à sainte Thérèse d’Avila. Il doit y en avoir d’autres. Presque tous les saints, tous ceux qu’on appelle les grands saints ont eu une vie pour le moins austère. À ce prix là, je n’ai guère envie de devenir une grande sainte, et je devrais sans doute avoir honte de le dire, mais j’en suis plutôt soulagée.
D’autant que je remarque que Ta mère n’a pas suivi ce chemin. Elle n’a pas eu une vie facile, loin s’en faut, mais elle a mené une vie normale, avec son lot de deuils, de souffrances, de frustrations, et également de joies, sans phénomène déroutant. Et personne n’a l’idée de dire qu’elle n’est pas une grande sainte.
Mais j’y pense, Tu nous as dit de ne pas juger. Ça doit être aussi valable pour les saints et pour ceux qui ne le sont pas. Toi seul diras en fin de compte quels sont ceux qui sont tes amis. Alors malgré une vie somme toute plutôt facile, et même très facile par rapport à tant d’autres, puis-je espérer faire partie de tes enfants chéris, Seigneur ? Je le souhaite fort, Tu le sais.

J’essaierai seulement d’accepter sans trop récriminer les inévitables et multiples événements fâcheux ou même douloureux qui se présenteront dans ma vie, mais sans spécialement les rechercher, sachant qu’ils peuvent contribuer à me rapprocher de Toi. Sois indulgent, s’il Te plaît, Seigneur, et rappelle-Toi : c’est quand Tu manifestes ta grande miséricorde que Tu fais preuve de ta puissance. C’est tout au moins ce qu’ont écrit tes liturgistes. J’espère qu’ils ne se sont pas trompés !

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/07/2010