Menu
Mes démêlés avec l’Évangile

L’aubergiste de Bethléem

Je vous ai déjà parlé de ce pauvre aubergiste de Bethléem qui avait raté l’affaire de sa vie en refusant d’héberger Joseph et sa jeune épouse. Qu’est-ce qu’il a dû regretter, cet homme, quand il appris qui il avait décliné.

Comment ? Le Roi des Rois, le Seigneur des Seigneurs, le Maître de tout l’univers lui avait fait l’honneur de lui offrir sa pratique et, bêtement, il avait dit non ! Il se serait battu, cet homme ! Mais, s’il avait su, il lui aurait offert sa propre chambre, avec le couvre-lit rose confectionné par sa belle-mère (couvre-lit qui, entre parenthèses, lui sortait par les yeux, mais auquel sa femme attachait un grand prix). Il lui aurait confectionné un repas royal avec ses meilleures spécialités. Il l’aurait servi lui-même. Au besoin, il aurait mis tous les autres voyageurs à la porte.

Et voilà, il avait tout raté. Il était bête à manger du foin ! Plus jamais, il ne pourrait inscrire sur sa porte : “Auberge ayant l’honneur de servir Sa Majesté le Roi des Rois.” C’est un label prestigieux qui vaut une fortune, qui vous assure la meilleure clientèle.

Comment sa belle-mère l’avait-elle su ? C’était un mystère pour lui, mais elle ne manquait pas de le lui rappeler ou d’y faire allusion chaque fois qu’il avait une discussion avec elle. Pénible à devenir enragé ! Et c’est vrai qu’il ne pourrait jamais, jamais plus réparer cette erreur. C’est du moins ce qu’il pensait, ce qu’il se répétait à longueur de journée. Mais, un jour, il était déjà assez vieux et c’est son fils qui tenait l’auberge, il avait appris que le Messie avait assuré qu’en venant en aide à celui qui avait faim, qui avait soif, qui était nu, malade, en prison, c’était à lui qu’on rendait service. Alors, notre brave aubergiste avait repris courage et cette fois, il ne les ratait plus, tous les paumés qui passaient devant sa porte. Il les nourrissait, leur donnait des vêtements, les réconfortait du mieux qu’il pouvait. Une fois, d’accord, il s’était trompé, mais deux sûrement pas. Il n’était quand même pas bête à ce point.

A bon entendeur salut !

 
Françoise REYNÈS

Laïque mariste ; célibataire.
Ancien magistrat. († 2011)

(re)publié: 01/12/2002