LogoAppli mobile

Comment payer ses impôts

Encore un passage curieux qui me cause problème. Il s’agit de Pierre qui est invité par Jésus à aller pêcher un poisson dans lequel il trouvera une pièce d’argent, exactement, un stratère, qui lui permettra de s’acquitter d’une redevance due par chaque juif au temple. Il y en aura pour deux, précise Jésus, pour toi et pour moi. Comment les onze autres vont-ils payer ? Le texte ne le dit pas. A eux de se débrouiller. Pourtant, il suffisait d’attraper six poissons... C’était pas la mer à boire, non ! Mais passons. Au début, Jésus fait remarquer qu’en tant que « fils », il ne doit pas payer cet impôt, mais pour éviter des histoires, il accepte de se soumettre à cette prescription, en employant un moyen pour le moins original. Malheureusement, ce poisson à l’air d’être unique en son genre, parce qu’autrement tous les pécheurs seraient riches à millions, à moins que la pêche ne soit interdite et que les états s’en réservent le monopole. Ils en seraient bien capables, vous ne croyez pas ?

Mais, revenons au texte. C’est dans Mathieu 17,24 et suivants. Je remarque d’abord le souci de Jésus de ne pas faire de scandale inutilement et de se plier à une règle qui ne le concerne pas. Il en fait la démonstration à Pierre : les collecteurs d’impôts ne comprendraient pas son attitude ; donc Jésus n’insiste pas et accepte de payer. D’autant que Pierre, quand les collecteurs lui ont posé la question, a répondu, sans doute sans réfléchir : « Bien sûr que si, il paye les drachmes ». Donc, Jésus accepte de sortir Pierre de son embarras après que ce dernier ait reconnu qu’il avait fait une boulette. Toujours soupe au lait notre brave Pierre ! Jésus paiera, ça ne lui coûtera d’ailleurs pas cher !
Et quelle drôle de façon de procéder : Va pêcher un poisson, dit-il à Pierre, ouvre-lui la bouche, tu trouveras la somme due sous forme d’une pièce de monnaie.
Alors, quand on me dit que Jésus est vraiment homme, un homme à part entière, avec ses limites, comment expliquer ce passage ? Ca ressemble à de la magie, non ? Comment savait-il à l’avance que Pierre prendrait ce poisson et pas un autre, et que dans le premier poisson accroché à l’hameçon, Pierre trouverait de quoi payer ce qui devait être versé ? C’est plus fort que Madame Soleil, non !

Et oui, Jésus est beaucoup plus fort que Madame Soleil.
Il peut faire un miracle, comme ça, pour rien, ou presque rien. Il l’a dit. Il est libre. Et il est même libre de sortir son ami de la situation embarrassante où il s’est fourré en répondant sans réfléchir.

Et je pense que ce miracle, gratuit, je dirai presque rigolo, est accompli pour ne pas trop pénaliser ce pauvre Pierre. Malheureusement, on sait que ça ne lui servira pas de leçon et qu’une autre fois, il répondra de même, vite, trop vite, sans trop réfléchir, à une servante curieuse, pour se sortir d’une situation embarrassante.

Jésus, en lui proposant cette fois-ci une solution pleine d’humour pour ne pas trop l’humilier, lui a peut-être fait trop confiance. On peut se poser la question.

Mais je crois bien qu’on ne changera pas Jésus, qu’on ne changera pas Dieu. A tous les coups, il nous fera confiance, pleine confiance, entièrement confiance.

La réponse nous appartient.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Françoise REYNÈS

Laïque mariste († 2011).

(re)publié: 30/11/2001