LogoAppli mobile

Cana

Marie, nous savons de toi que ta première demande officielle, auprès de ton fils, se passe à Cana. Et ô surprise, tu n’es pas intervenue pour quelque chose d’important, de grave, d’essentiel. Non, quand tu fais cette première demande, il s’agit simplement, d’une noce qui va manquer de vin. Après tout, ils n’avaient qu’à prendre leurs précautions. Il est vrai, cependant, que seuls toi et ton fils aviez été invités et que vous vous êtes ramenés à quatorze avec les disciples de Jésus. Les prévisions avaient pu être faussées.

Mais, par ailleurs, cette noce avait déjà bien bu. Etait-ce bien raisonnable de satisfaire, non pas un besoin, mais une envie et d’éviter ainsi aux époux une simple petite blessure d’amour propre.
Avoue ! La première réaction de ton fils n’a guère été encourageante. Mais, tranquillement, tu as continué ton petit bonhomme de chemin, sachant que ton fils ne sait rien te refuser.

Et le vin, le bon vin, le vin de grand cru est arrivé à profusion. Rires et chansons ont continué à fuser.

Marie qui n’es pas raisonnable, Marie qui as le sens de la fête, rappelle-nous que pour être chrétien, il n’est absolument pas nécessaire d’être toujours sérieux et encore moins ennuyeux et solennel. Il est même recommandé de ne pas se prendre au sérieux.
Et vive la mariée !

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Françoise REYNÈS

Laïque mariste († 2011).

(re)publié: 01/01/2004