LogoAppli mobile

Pâques, Résurrection

Méditation autour d’Emmaüs, dans l’évangile de Luc (Lc 24,12-34)

Méditation pour un groupe de la Frat’ (fraternité des malades)

[fond or]Pâques[/fond or] c’est passage ; et il y en a des choses qui se sont passées dans nos vies, des passages !

[fond or]Résurrection[/fond or] c’est se réveiller, être réveillé, se lever, comme le « lève-toi et marche » de la Frat’

Alors le premier soir de Pâques sur la route d’Emmaüs , deux hommes s’en vont. En cheminant ils parlent de la mort de Jésus. « Et nous qui espérions qu’ils allait délivrer Israël ! » Les voilà : « leurs yeux etaient empéchés de le reconnaître », dans leur tristesse, incapables de reconnaître Jésus dans leur compagnon de route.
Nous qui connaissons la suite du récit, on aurait envie de leur dire - « Mais ouvrez donc les yeux ! C’est Lui ! Il est bien là avec vous ! »
Mais c’est peut être Luc qui nous dit à nous mêmes : « Et toi, lecteur de ce texte, n’es-tu pas souvent comme eux ? Les yeux sur tes souliers, incapable de le reconnaître dans tes compagnons de route, ou le coup de fil, ou la carte postale reçue, dans tant d’événements, de visages qui te sont offerts ? »

L’essentiel est souvent invisible pour les yeux : c’est Jésus qu’ils écoutent, mais à leur insu. Or c’est souvent pareil pour toi, ami lecteur.
Un moment après, les deux d’Emmaüs diront : «  Notre coeur ne brûlait -il pas au dedans de nous quand il nous parlait en chemin ? » .

Le Seigneur comme un feu de vie , une présence qui se communique à ceux qui savent cheminer ensemble, se parlent : guérison des yeux, des oreilles, du coeur ?
[vert fonce]Ouvre mes yeux, mon coeur, Seigneur[/vert fonce]

« Ils s’approchèrent du village où ils se rendaient et lui fit mine d’aller plus loin  »
Il fait semblant de les quitter, mais, en fait, il veut rester avec eux, n’attend que leur invitation : « reste avec nous » ...
Tout l’Evangile nous le montre : notre Jésus près, proche, s’approche, mangeant à la table des petits, publicains et pécheurs.
Il répond toujours présent à qui veut bien l’inviter, le recevoir.
«  A table avec eux … il prend le pain … leur donne … alors leur yeux s’ouvrirent ... »
Un pain, qui ouvre les yeux : celui qu’il avait donné le jeudi précédent : « Voici, c’est moi donné pour vous, prenez, mangez ! »
[vert fonce]Béni sois-tu Seigneur pour le pain partagé , Pain de Vie
Béni sois-tu pour tous les pains de vie- d’amitié – partagés à travers le monde
Ouvre nos yeux, Seigneur ! Ouvre nos coeurs ! Ouvre nos lèvres pour te chanter : « Tu es là au coeur de nos vies » [/vert fonce]

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/04/2012