LogoAppli mobile

La prière de demande

« Etant donne les prévisions météorologiques, il ne serait pas prudent de faire cette semaine les prières pour la pluie. » Cette déclaration d’un évêque anglais dans son bulletin diocésain est pleine d’humour, mais elle pose avec sagesse une question grave : que signifie la prière de demande pour des choses, pour des personnes ?

Un bon conseil : il faut prier pour la pluie, pour le soleil, pour la santé, la réussite, mais avec sagesse et humour. Une grave inondation menace un gros village, le curé est devant son église. Les pompiers passent : « Il faut partir, monsieur le curé, l’eau arrive. » - « Merci les amis, moi je vais prier Dieu. » Deux heures après, l’église est envahie par les eaux. « Venez dans la barque, monsieur le curé ! » - « Non, je reste prier. » Deux heures après, le curé est debout sur l’autel, la barque traverse l’église : « Venez, ça va encore monter. » - « Non, je prie Dieu. » Monsieur le curé est noyé. Il arrive au ciel et se plaint à saint Pierre : « Le Seigneur n’a pas écouté ma prière, il m’a laisse tomber ! » Au conseil divin suivant, saint Pierre rapporte la plainte du curé. « Comment, je l’ai laissé tomber, se fâche le Seigneur. Je lui ai envoyé trois fois les pompiers ! »

Je ne vois pas au nom de quoi le croyant mettrait tout miracle hors la loi ; mais le miracle n’est pas la loi. Dieu ne régit pas l’univers par des séries de coups de pouce. Si je bénis la Bonne Providence parce que, à ma prière, elle a donné un temps merveilleux à notre fête de famille, je devrais la maudire si - en dépit de ma prière - le temps a été exécrable. Le soleil si gentiment accorde au « touriste-qui-a-prié » est peut-être la catastrophe infligée à « l’agriculteur-qui-a-prié ».

Il faut demander, supplier, négocier nos détresses, nos souffrances, réclamer des bienfaits. Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas faire autrement. Jésus nous demande de beaucoup prier, de beaucoup demander. Mais : « Ne priez pas comme les païens, ajoute-t-il. Votre père céleste sait ce qui vous convient avant même que vous le demandiez. » En réalité, on prie Dieu non pas pour qu’il s’accorde à nous, mais pour que nous nous accordions à Lui. Que notre désir s’accorde au sien et non l’inverse. Nous le prions non pas « pour qu’il change, Lui », mais pour que nous changions, nous. « On ne met pas Dieu au pied du mur » (Livre de Judith). Mais Jésus ajoute ceci : « Car celui qui demande reçoit » (et non ‘recevra’) et « celui qui cherche trouve » (et non ‘trouvera’). Notre rencontre avec Dieu est bien plus dans la quête et la question que dans la découverte et dans les réponses.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jean-Pierre LINTANF o.p.

Prédicateur au Jour du Seigneur de la chaîne France 2.
† 2016.

Dans cette rubrique
(re)publié: 30/06/2003
Les escales d'Olivier