LogoAppli mobile

Hospitalité eucharistique

1Co 11,17-34

Cette curieuse expression désigne la possibilité très exceptionnelle pour des catholiques d’accueillir des frères protestants à la table eucharistique au cours de la messe ou de communier eux-mêmes à la Sainte Cène au cours d’un culte protestant. Contrairement en effet à ce que ce vocabulaire suggère, il ne s’agit pas seulement ici d’accueillir de façon conviviale des frères appartenant à une autre Église en cherchant à leur faire plaisir, mais des conditions dans lesquelles peut être posé en toute vérité le geste le plus central du grand sacrement de l’unité.

La tradition de l’Église indivise a toujours fait de la communion à la même foi ecclésiale la condition de participation à la même Eucharistie. L’Église catholique tient donc que seule la réconciliation entre les Églises aujourd’hui encore divisées peut rendre normal cet accueil mutuel à la table de l’Eucharistie qu’elles célèbrent.

Si cette discipline peut sembler bien exigeante et provoquer quelques frustrations chez bien des catholiques engagés dans un œcuménisme vécu au quotidien, elle a du moins le mérite de rappeler le lien nécessaire entre la communion vécue dans l’assemblée ecclésiale et la fraction du pain (1 Co 11,17-34), le « discernement du corps du Seigneur » concernant à la fois son corps eucharistique et son corps ecclésial.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Hilaire LECOUËDIC

Le plus vieux marin de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 30/11/2003