LogoAppli mobile

Connaissance de l’islam

Fiche pastorale n°6 publiée dans la revue Documents Episcopat n°6-7 (avril 1999)

1. Un constat

Les demandes de formation concernant l’lslam sont de plus en plus nombreuses, issues du milieu ecclésial mais aussi de la société civile.
 le plan ecclésial, la demande provient tout d’abord de groupes divers : de catéchistes, d’aumôneries scolaires et universitaires, de catéchumènes, paroisses, etc. Les demandes peuvent provenir aussi de services confrontés à l’lslam de façon transversale : centres de préparation au mariage, services de santé, mouvements de jeunesse, aumôneries des prisons... Les demandes peuvent être aussi individuelles.
 Sur le plan civil, la demande vient des milieux d’enseignants du public, scolaires ou universitaires ; elle est aussi très importante dans le milieu des travailleurs sociaux oeuvrant directement dans les quartiers, les associations, les centres sociaux ; elle est enfin le fait des élus locaux, des fonctionnaires des communautés territoriales, notamment communales, à qui se pose la gestion des demandes de salles de prière, de construction de mosquées ou de financement d’associations musulmanes, de carrés musulmans dans les cimetières.
 Certaines formations sont organisées par des groupes oecuméniques. Parfois des juifs et des musulmans y participent.
 Des organismes laïques répondent à ces demandes : « Ecole laïque des religions », la Ligue de l’Enseignement...

2. Des questions

 Devant ces demandes de formation comment prendre au sérieux un phénomène qui traverse l’Eglise comme la société civile et qui appelle à dépasser la connaissance hâtive ou les médiatisations superficielles de l’lslam ?
 Comment, en particulier, éviter de nourrir l’image d’un Islam uniformément violent ou d’un Islam réduit à sa dimension mystique ?
 Comment les membres de l’Eglise s’ouvrent ils aux questions concrètes posées par l’émergence de cette tradition spirituelle par rapport à ses pratiques pastorales, ses orientations théologiques ?
 Quelle aide les chrétiens peuvent-ils apporter aux musulmans pour leur insertion dans la société française ?
 Comment répondre à la question posée par la ré-émergence dans le champ social d’une dimension religieuse, souvent trop vite ramenée à l’espace du privé, dans la laïcité française ?

3. Des convictions

 Nécessité pour des chrétiens qui souhaitent connaître l’lslam d’approfondir leur foi au plan théologique, biblique et spirituel. La rencontre de l’autre va de pair avec la conscience de sa propre identité.
 Importance d’une formation qui prenne en compte les réalités économiques, sociales, culturelles et religieuses de l’lslam telles qu’elles se vivent en France.
 Nécessité d’une formation des responsables d’Eglise qui auront à faire face aux problèmes de dimension interreligieuse et qui aideront ainsi les communautés chrétiennes à mieux se situer.
 Urgence de répondre à des demandes de la société civile pour aider à une plus juste situation des religions dans la société.
 Se préparer aux demandes de formation venant du monde musulman par rapport à la tradition chrétienne.

4. Des orientations

 Savoir regarder l’lslam dans la diversité de ses traditions, de ses courants (du plus fondamentaliste au plus moderniste) et de son histoire, sans ignorer ses évolutions dans une société laïque comme la nôtre.
 Essayer de lier au maximum ces formations avec une connaissance pratique du terrain et une réflexion adéquate, que ce soit pour des questions de type pastoral, ou des problèmes posés à la société civile. Affiner pour cela des grilles de lecture et d’analyse de ces réalités de terrain.
 S’efforcer à l’équilibre entre l’affection sans limite aux personnes et les yeux ouverts lucidement sur la différence des chemins chrétiens et musulmans.
 Susciter des groupes d’échanges islamo-chrétiens qui peuvent être des éléments complémentaires de formation réciproque.
 Susciter des formateurs-accompagnateurs qui puissent mettre une réflexion et une documentation au service des responsables d’Eglise et des autres chrétiens.
 Travailler, chaque fois que c’est possible, avec les services diocésains de formation continue.

5. Pour aller plus loin

Sessions

 Session annuelle du SRI

Livres

 Roger ARNALDEZ, L’lslam, Desclée-Novalies, 1988, 206 p.
 Alex BRICET, Hôte de Dieu, sois le bienvenu, édité par l’évêché de Versailles, 1992, 141 p.
 Jacques JOMIER, Connaître l’lslam, Cerf, Paris, 1988, 195 p.
 Jean-Luc BRUNIN, Rencontrer l’lslam, Editions de l’Atelier, Paris, 1993.
 Michel REEBER, : L’lslam, éditions Milan, Les Essentiels, 1995, 63 p.
 Fédération Protestante de France : Connaître l’lslam, (fiches à commander 47, rue de Clichy, 75009 Paris). ll y a d’autres présentation de l’lslam : (Mohamed ARKOUN, Louis GARDET, Jean-François LEGRAIN, etc.).
Revues « L’lslam cet inconnu » in Actualité Religieuse, hors série, 1998.
 L’lslam in Vivant Univers, n° 430-431, juillet/août/septembre 1997.

Vidéo-cassettes

 La civilisation musulmane, Duchêne audio-visuel (Saint André de Festes, 11300 Limoux).
 La mosquée aux trois frontières, La Médiathèque des trois mondes (63 bis, rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris).
 Grand-mères d’lslam, ISM, Spectacles du Monde (7, Impasse Charretière, 75005 Paris).

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Secrétariat général de l’épiscopat français
(re)publié: 31/10/1999
Les escales d'Olivier