LogoAppli mobile

Vous donc, priez ainsi : Notre Père qui es dans les cieux, que ton Nom soit sanctifié...

Mt 6,9-13

Que dit ce ‘Notre Père’ qui, après près d’un trois-quarts de siècle, réussit à m’émouvoir !

D’abord l’appellation « Papa ». J’ai toujours eu une grande admiration pour mon père aussi je fus très surprise, alors que j’expliquais la catéchèse à des enfants d’un village, d’entendre un prêtre me dire un jour : « N’insistez pas trop sur l’appellation de ‘Père, Papa,’ quand il s’agit de Dieu car, très souvent, le père pour eux n’est pas le Père que vous leur décrivez. Pour beaucoup d’entre eux, le père est quelqu’un qui boit, qui bat sa femme et viole parfois ses enfants ; alors d’appeler Dieu : Père, Papa a pour eux un sens qui les éloignerait de Dieu plutôt que de les rapprocher de lui ». Alors quand je récite avec mes ‘enfants’ le ‘Notre Père’, j’insiste sur la bonté de Dieu, sur l’amour de Dieu et leur fait découvrir le vrai visage de Dieu, de Dieu leur papa...

Et je leur explique, dans un langage des plus simples, ces mots français qui ont une grandeur insoupçonnée la plupart du temps même de ceux qui récitent régulièrement cette prière.
« Que ton nom soit sanctifié ! » Voici l’explication que donna notre ancien curé, Tadeusz : « Que le nom de Dieu soit à nos yeux d’hommes et de femmes reconnu comme Unique et que nous apprenions, grâce à l’œuvre de Dieu en nous, à reconnaître sa grandeur, sa sainteté en même temps que son humilité, et que par la grandeur et la sainteté de son nom, nous soyons sanctifiés. »

La phrase qui suit prête, elle aussi à confusion. Quand nous la prononçons, nous avons en image devant nos yeux ‘la fin du monde’, l’arrivée triomphale de Dieu avec Jésus à ses côtés, une arrivée pleine de gloire et de majesté mais qui fait peur... Que disons-nous : « Que son règne arrive ! » Que de fois, en la prononçant, j’ajoutais tout bas, très très bas, ces mots : « Oui, mon Dieu, que ton règne vienne mais pas maintenant, plus tard, beaucoup plus tard ». Car ce règne pour moi annonçait la fin du monde. Je le voyais bouleversant tout et j’en avais peur. Le Père Tadeusz nous expliqua que cette phrase veut dire tout simplement : « Que le Règne de Dieu arrive dès maintenant ! Que tout le travail de l’Esprit Saint à l’intérieur de nous-mêmes purifie notre coeur, nous rende libre, fraternel et responsable de nous et des autres, nous façonne et refasse en nous l’image de Dieu. » Alors, j’essaye de les expliquer à mes petits. « Il faut que l’Esprit Saint occupe la plus grande part de leur cœur afin qu’il déniche et fasse détaler au plus loin leurs péchés. En effet, ils doivent offrir à Dieu un cœur plein de pureté, ainsi le Règne de Dieu arrivera dans leur cœur, dans leur vie...

La suite : La volonté de Dieu est simple. Je les fais cheminer à côté de Marie et je leur apprends à prononcer, tout petits qu’ils soient, leur Fiat : « Que la volonté de Dieu soit faite ! », ces mots que Marie prononça tout au long de sa vie et qui la menèrent jusqu’au pied de la Croix et jusqu’à la récompense céleste, ils apprennent avec moi, à les prononcer, à accepter, avec le sourire tout ce que la vie et que Dieu voudraient bien leur envoyer.

J’avoue que la demande ‘du pain’ est plus délicate. Certains n’ont pas de pain chez eux et dévorent ce que je leur apporte. D’autres en ont assez pour apaiser leur faim et certains auraient préféré chaque jour recevoir des brioches ou des gâteaux, - le goût du pain, ils le connaissent. Pourquoi Jésus avait-il inséré cette demande puisque, bof, le pain on en a toujours, même un tout petit peu. Et il fallait alors leur expliquer ce qu’est ‘ce pain’ dont Jésus parle.

Et je leur explique, tout doucement, que nous commençons par demander à Dieu de nous donner chaque jour du pain. Pas de gaspillage. Du pain pour aujourd’hui et ce chaque jour de notre vie, c’est parfait. Avoir chaque jour notre pain, c’est important. Car que ferions-nous sans pain. Puis nous glissons tout doucement vers nos demandes personnelles, qui à nos yeux ont autant et parfois plus de valeur que le pain : que le père ne boive plus, que le grand frère ait du travail, que le copain ne se drogue plus et nous ajoutons des demandes telles la paix dans le monde, que Dieu accueille tantine Nina, la vieille grand-mère du village qui s’est éteinte tout doucement, que nous ayons plus de prêtres et qu’ils soient des saints.

Mais notre gourmandise serait limitée si nous nous arrêtions à cela. Notre demande, celle pour laquelle nous prions, en des mots beaucoup plus simples, évidemment, c’est de demander que notre faim de Dieu, notre soif de relation avec Dieu et toute l’humanité ne s’éteigne jamais mais que notre amour de l’Eucharistie nous aide à vivre selon la volonté du Christ et de Dieu le Père.

Et j’insiste sur la grandeur du mot Amen : c’est du solide, c’est le roc, c’est vrai de vrai. Que cela en soit ainsi !

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
M.J. Arlette ORIAN

Directrice d’une école de secrétariat à l’île Maurice († 2006).

Dans cette rubrique
(re)publié: 01/01/2016
1ère public.: 01/12/2005