LogoAppli mobile

Parce que tu as fait cela, que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions.

Gn 22,1-19

J’ai choisi pour texte le sacrifice d’Abraham (Gn 22, 1-19). En effet, c’est un texte qui m’a longtemps rebutée, voire révoltée. Que Dieu ose demander à Abraham le sacrifice de son fils unique et lui laisser croire, jusqu’à l’ultime minute, qu’il va devoir le sacrifier, c’est, au premier abord, inacceptable, au point que la maman que je suis, estimait ce texte inepte (désolée du peu !).

Un jour, ce texte me fut expliqué. Appel du Seigneur à Abraham ; de là, demande incroyable, inacceptable du Seigneur, mais qu’Abraham, serviteur fidèle, confiant, accepte. Calmement et courageusement, il prépare le travail, prend la route et prépare le sacrifice. Pourtant, il aime son fils : « Mon père ! » dit Isaac. « Oui, mon fils ! », répond Abraham. Tendre échange entre un fils et son père. Plus loin : « Ils s’en allèrent tous deux ensemble. »

En fait, Abraham va jusqu’au bout de ce que lui demande son Seigneur. Il lui fait pleinement confiance, y compris dans le drame. Sa confiance est récompensée au-delà de ses espoirs et de ses attentes. Non seulement son fils unique lui est laissé, mais il sera comblé de bénédictions ; sa postérité sera nombreuse ; par cette postérité seront bénies toutes les nations de la terre.

Le texte se termine paisiblement : « Abraham résida à Bersabée. »

Confiance, amour du Seigneur ; sainteté d’Abraham jusqu’au sacrifice. Voilà une leçon de vie avec le Seigneur, à goûter, méditer, expérimenter, en gardant à l’esprit notre père Abraham pour mieux découvrir la confiance en le Seigneur, ses demandes au-delà de nos forces et son soutien pour y répondre au-delà aussi de ces forces.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Thérèse LEBRUN

Recteur de l’Université catholique de Lille (2003-juin 2012).

Dans cette rubrique
(re)publié: 01/10/2020
1ère public.: 01/12/2005