LogoAppli mobile

Résurrection de Lazare (Jn 11, 1-45)

5e dimanche de carême - Année A.

Plus près de l’auteur du récit de la résurrection de Lazare (Jn 11,1-45).

  • 1. Jean est le seul des évangélistes à rapporter un événement aussi spectaculaire, suivi de tant de conversions.
  • 2. Le récit est « merveilleux », les détails nombreux. On pourrait le « mettre en scène », comme ceux de la Samaritaine ou de l’aveugle-né. Y est annoncée la résurrection du Christ.
  • 3. « Revenons en Judée. »
    Selon l’évangéliste, Jésus passa beaucoup de temps à Jérusalem. Il n’est pas en Judée. Il attend encore 2 jours après l’annonce de la maladie de Lazare. A son arrivée à Béthanie, le décès date de 4 jours. Il s’est donc mis en route le 3e jour après le décès, qui sera donc jour de résurrection pour Lazare. Peut-être une évocation du 3e jour après sa propre mort, celui de sa résurrection, après 3 jours de silence ?
  • 4. La raison du retour est donnée aux disciples : « A cause de vous, pour que vous croyiez. » « Croire » est repris, sous plusieurs modes, à sept reprises dans le récit. L’événement doit conforter leur foi, susciter celle de Jérusalem, la réticente. Mais aussi la foi des chrétiens du temps de l’évangéliste, presque cent ans plus tard.
  • 5. Quelques corrélations.

a. L’onction de Béthanie, dans les six jours qui précèdent la passion, anticipe l’embaumement (Jn 12,7).

b. La mort est annoncée par Thomas : « Mourrons avec lui ! » (Jn 11,16). Une annonce de la destinée des disciples (Jn 12,26). Il fut aussi le dernier « à croire ».

c. La grotte est fermée par une pierre tout comme le tombeau de Jésus.

d. « Enlevez la pierre » a pour parallèle la question des femmes venues au tombeau : « Qui nous enlèvera la pierre ? »

e. Les linges et bandelettes sont « attachés », à la différence de ceux du Christ que l’on découvre « pliés » (Jn 20, 5-8).

f. Lazare a été « relevé d’entre les morts », comme les disciples le diront plus tard de Jésus (Ac 2,32).

g. Jésus tient ici la place du Père dont il dit : « Moi et le Père, nous sommes UN. » (Jn 10,30) Il fait ouvrir le tombeau, ordonne à Lazare d’en sortir, fait détacher les bandelettes.

  • 6. Marthe et Marie représentent les disciples absents de la scène.

a. Marthe est la plus réactive. Marie reste assise comme lors de la rencontre racontée par Luc (10, 38-42), mais répond, en disciple, à l’appel du Maître.

b. « Si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ». Ce qui paraît être un reproche-regret est une reconnaissance de la toute puissance de Jésus. « Tu es celui qui vient dans le monde. » Tel est bien le motif que Jésus met en avant dans son action de grâce : « Afin qu’ils croient que tu m’as envoyé. »

  • 7. Marie, dont on pense qu’elle va pleurer au tombeau, doit-elle nous faire souvenir de Marie de Magdala qui « devant le tombeau, pleurait » ? (Jn 20,11).
  • 8. Les Juifs qui « crurent en lui » représentent-ils les nouveaux chrétiens du temps de Jean qui dit avoir écrit pour que « ceux-ci croient que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour que, en croyant, vous ayez la vie en son nom » (Jn 20,31). Tel est bien le motif de la résurrection de Lazare : « Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. » (Jn 11,25)
  • 9. On peut entrevoir un rappel de la guérison de l’aveugle de naissance, cité par ailleurs dans le récit. Sa nuit d’aveugle annonce la nuit du sommeil de Lazare, qui finira par trouver le chemin de la prosternation croyante.
  • 10. Le récit est mis en relation directe avec les événements de la passion puisque « c’est ce jour là qu’ils (les pharisiens) décidèrent de le faire périr » (Jn 11,53).

Les disciples ont été bouleversés par la mort de Jésus. Le récit de la résurrection de Lazare est écrit par l’évangéliste pour servir de signe de la résurrection de Jésus. A l’intention des chrétiens de l’époque de l’évangéliste désireux de conforter leur foi fondée sur le seul témoignage des Douze maintenant disparus.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Aloyse SCHAFF

Capitaine de Port Saint Nicolas.
Prêtre du diocèse de Metz. Fut professeur de sciences physiques et directeur du lycée Saint-Augustin à Bitche (57).
Activités pastorales dans les communautés de paroisses du Bitcherland.
Animation d’ateliers d’information et de réflexion sur les textes bibliques et l’histoire chrétienne : Pères de l’Eglise, fondateurs des grands ordres religieux, les grands papes, les grands saints du Moyen-Âge, du XVIe siècle. Des présentations à découvrir sur le site.

(re)publié: 01/04/2020