Menu
Goélands

Combien “gagne” monsieur le Curé ?

Extrait d’une feuille paroissiale d’octobre 2016 du diocèse de Bayonne.

Afin de répondre à de nombreuses question qui sont souvent légitimes...
Pour corriger de nombreuses erreurs et bêtises qui se racontent, se colportent...
Pour ceux et celles qui croient que « l’argent de la paroisse » tombe dans la « poche de M. le Curé »...
Pour ceux et celles qui s’imaginent que M. le Curé « roule sur l’or »...

Voici les comptes :

Recettes

1) Salaire :
M. le Curé perçoit un traitement mensuel, versé par l’évêché, d’un montant de 519,09 €.
Il en est ainsi pour tous les prêtres du diocèse.
Ce traitement est versé uniquement grâce à la collecte annuelle du Denier de l’Église (Denier du culte).

2) Messes :
Les honoraires sont de 17 € par jour, un jour de semaine étant gratuit (“pro populo” = pour son peuple).
Si M. le Curé célèbre 2 ou 3 messes le même jour, et ça arrive souvent, la 2e et la 3e messes sont envoyées à des prêtres manquant de messes.
Donc : 25 x 17 € = 425 €.
Note : Je remercie les personnes qui donnent 20 € sans demander la monnaie !

3) Casuel :
Le montant varie selon le nombre de mariages et d’obsèques de l’année.
Les sommes collectées par le doyenné sont réparties équitablement et à parts égales entre les 10 prêtres du doyenné.
Environ 300 € par mois.

Dépenses

1) Voiture :
La plus grosse dépense de M. le Curé : achat, entretien, réparations, pneus.
Gasoil : un plein environ 60 €, sachant que M. le Curé parcourt environ 25 000 km par an pour sa mission et sa paroisse.
Sans oublier l’assurance du véhicule.
Note : Un véhicule est indispensable au vu de la superficie de notre paroisse.

2) Logement :
Contrairement à beaucoup de prêtres, M. le Curé n’est pas logé « à titre gratuit ».
Il reverse, chaque mois, 113 € à la mairie.

3) Vie courante :
M. le Curé doit prendre sur ses petits revenus mensuels pour
- les courses : alimentation, vie matérielle de la maison ;
- les revues et les livres nécessaires à son travail pastoral ;
- l’entretien de son logement, une fois par mois, par une personne rémunérée ;
- le vestiaire ordinaire et le vestiaire liturgique.

Conclusion :

M. le Curé ne se plaint pas, il veut simplement que les questions financières soient transparentes et claires pour tout le monde !
M. le Curé est heureux de servir, de travailler, d’œuvrer à la mission que lui a confiée son évêque !
M. le Curé rend grâce à Dieu de pouvoir vivre librement et dignement !

Et il est bien conscient des pauvretés, des difficultés et des misères de beaucoup de ses frères et sœurs en humanité !

Un immense MERCI

Personnellement, je veux remercier ceux et celles qui m’aident et me soutiennent pour la mission au service de la paroisse.
Je veux remercier ceux et celles qui « veillent » sur mes repas, ceux et celles qui m’apportent des dons alimentaires (quand ils sont nombreux, je partage avec le Grand Séminaire de Bayonne).
Je veux remercier ceux et celles qui, simplement, m’ouvrent leur maison et m’invitent à leur table, ceux et celles qui ne me laissent pas tout seul le dimanche et les jours de fête, ceux et celles qui me convient à des événements familiaux.
Je veux remercier ceux et celles qui ont à mon égard des attentions personnelles : ils me permettent d’améliorer « l’ordinaire » !
Je veux remercier les deux paroissiennes qui, tout au long de l’année, assurent mon repassage, elles le font discrètement, avec zèle et de façon parfaite !
Les quelques mercis, comment ne dirai-je pas MERCI à mes chers parents, à qui depuis toujours je dois tout ! Ils veillent à ce que je ne manque de rien dans ma vie et dans mon ministère et ainsi ils m’aident pour que je puisse servir de mon mieux ! Merci à tous les membres de ma famille qui, d’une façon ou d’une autre, m’aident et me soutiennent !

Chers paroissiens et paroissiennes, je vous redis de tout mon cœur que je suis parmi vous afin :
d’Aimer pour mieux Servir et de Servir pour mieux Aimer !

Votre Curé, abbé S. L.

 
Abbé S. L.
Abbé S. L.
(re)publié: 01/04/2017
Les escales d'Olivier
  • AED | Aide à l’Eglise en Détresse

    L’AED, fondation internationale de droit pontifical fondée en 1947, soutient les chrétiens dans le monde, là où ils sont confrontés à des difficultés matérielles ou à des persécutions.