LogoAppli mobile

Peut-on conférer l’onction des malades à quelqu’un « qui n’a plus sa tête » ?

On évitera de le faire, ne serait-ce que pour éviter de prendre ce sacrement pour un rite magique. Le rituel en appelle d’ailleurs au bon sens et à un discernement pastoral tenant compte à la fois du malade et de son entourage : « Certains malades sont inconscients ou ont perdu l’usage de la raison. Ils peuvent recevoir le sacrement si l’on estime que, conscients, ils l’auraient demandé, avec leur foi telle qu’on la connaît. On ne présumera pas systématiquement cette demande. »

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/12/2005