LogoAppli mobile

Il faut que je vous dise : notre parent ne fréquentait pas l’église, mais on ne veut pas qu’il soit enterré comme un chien !

Merci pour votre franchise. Elle va nous aider à bâtir une célébration qui soit la plus vraie possible.
L’Eglise accepte de prier pour tout le monde et ce n’est pas le fait que votre parent n’était pas un grand « pratiquant », au sens commun du terme, qui va nous empêcher de le confier à Dieu.
Néanmoins, par respect pour ses convictions et ses choix de vie, il ne serait ni honnête ni respectueux de le « faire passer par l’église » si, de son vivant, il avait manifesté une opposition ou un mépris pour l’Eglise et l’Evangile qu’elle cherche à annoncer.
Permettez-moi d’ailleurs d’être un peu surpris par votre expression. Si « ne pas être enterré comme un chien » se traduit par passer par l’église, iriez-vous jusqu’à dire que votre parent a « vécu comme un chien » sous prétexte qu’il ne fréquentait pas l’église de son vivant ? J’espère bien que non !
Vous allez sans doute nous confier des choses belles que votre parent a vécues : des choix, des attitudes, des engagements, des paroles, des gestes inspirés par l’amour. A travers tout cela nous allons, nous les croyants, reconnaître que Dieu était déjà à l’œuvre dans la vie de votre parent, même si lui n’en était pas franchement conscient !
Non seulement nous allons vous aider à « ne pas l’enterrer comme un chien », mais nous allons honorer son corps en l’encensant, nous incliner devant lui en signe de respect, convaincus que nous sommes que tout homme, créé à l’image de Dieu, est une histoire sacrée.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/12/2012