LogoAppli mobile

Pourquoi les chrétiens parlent-ils de Pâques au pluriel ?

Il semble que l’habitude de mettre un « s » final pour distinguer la fête chrétienne de la fête juive ne remonte guère au-delà du XVIe siècle et qu’elle trouve son origine dans les consignes pastorales de l’époque selon lesquelles tout baptisé était tenu de « faire ses pâques » (au pluriel) une fois l’an !

À une époque où les fidèles assistaient à la messe sans plus jamais y communier, il s’agissait de les obliger à se confesser et à communier au moins une fois l’an, à l’occasion de Pâques. D’où l’expression, « faire ses Pâques ».

« Faire ses pâques »... Quand on y pense, quelle horrible expression ! Trois erreurs en trois mots, c’est un record ! Les 3 mots, en effet, sont inappropriés :
 D’abord, « faire » : les sacrements, on ne les « fait » pas, on les « reçoit » comme des cadeaux de Dieu ;
 ensuite, « ses » : les sacrements (la Réconciliation et l’eucharistie, comme tous les autres), ce ne sont pas les siens propres, mais ceux de l’Eglise... Tout sacrement est reçu pour le bien non d’un seul, mais de toute l’Eglise ;
 enfin, ne parlons pas trop vite de « Pâques » au pluriel, car, de pâque, il n’y en a qu’une, celle de Jésus !

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
André KÉRYGME

Curé de Port Saint Nicolas

Dans cette rubrique
(re)publié: 01/03/2007