LogoAppli mobile

J’ai vu à la télévision un prêtre qui bénissait des chiens et des chats dans son église. N’est-ce pas un peu déplacé ?

« Puisque certains animaux, selon la disposition providentielle du créateur, participent d’une manière ou d’une autre à la vie des hommes, soit en leur apportant de l’aide pour les travaux, soit même pour leur nourriture ou leur délassement, rien n’empêche qu’à certaines occasions, comme la fête d’un saint, on conserve la coutume d’invoquer sur eux la bénédiction de Dieu. » Ainsi s’exprime le « Livre des bénédictions » promulgué par la Congrégation pour le Culte Divin. De fait, si l’on est allé jusqu’à bénir des voitures, des bateaux et même des canons, on serait mal venu de s’offusquer trop bruyamment d’une bénédiction occasionnelle d’animaux ! Le tout est affaire de discernement pastoral pour ne pas sombrer dans le ridicule et savoir ce qu’il est opportun de faire ou de ne pas faire, compte tenu des objectifs qu’on cherche à atteindre. On peut d’ailleurs espérer que, avant d’être décidée, l’initiative en question avait été réfléchie avec l’équipe d’animation paroissiale.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
André KÉRYGME

Curé de Port Saint Nicolas

Dans cette rubrique
(re)publié: 30/11/2003