LogoAppli mobile

Dans les formules de bénédiction, ne pourrait-on pas remplacer la formule « le Père Tout-Puissant », qui évoque trop les caprices d’un potentat oriental, par une autre comme : « le Père Très Aimant » ? Cela lèverait une regrettable ambiguïté sur la toute-puissance de Dieu...

Il y a, de fait, une conception perverse de la toute-puissance de Dieu et, pour qu’on ne se méprenne pas sur cette toute-puissance, le credo de l’Eglise prend soin de qualifier Dieu d’abord de « Père » avant de le déclarer « Tout-Puissant ».

On peut parfois, comme vous le suggérez, remplacer « Puissant » par « Aimant », puisque la toute-puissance dont il s’agit est bien de l’ordre de l’amour. Mais convenez qu’il serait dangereux pour la foi de faire disparaître de nos liturgies toutes les expressions bibliques que nous ne comprenons pas bien ou qu’on risque de mal comprendre ! La « puissance » de Dieu est constamment évoquée dans la Bible. N’en ayons ni peur, ni honte. Réjouissons-nous plutôt de ce que Dieu soit assez puissant pour vaincre en nous la mort et le péché ! « Dieu qui donnes la preuve suprême de ta puissance, lorsque tu patientes et prends pitié, sans te lasser, accorde-nous ta grâce ! » (début de l’oraison d’ouverture du 26e dimanche ordinaire)

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
André KÉRYGME

Curé de Port Saint Nicolas

Dans cette rubrique
(re)publié: 30/11/2003