Menu
Église

Comment les évêques sont-ils nommés ? Qui les choisit ?

Le droit canon stipule que le pape « nomme librement les Evêques, ou il confirme ceux qui ont été légitimement élus ». C’est dire que si l’intervention du pape, signe visible de la communion épiscopale, est nécessaire, cette intervention n’est ni forcément première, ni forcément dernière.

En fait, les situations sont assez diverses selon les pays. En Allemagne, par exemple, le chapitre cathédral du diocèse sans évêque propose six noms à Rome, qui en retient trois ; et c’est le chapitre qui choisit l’un d’eux.

En France, un long passé de contentieux entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel sur cette question précise de l’investiture des évêques a conduit le pape à revendiquer, pour lui seul, le pouvoir de nomination des évêques. Signalons tout de même que cette nomination n’intervient qu’après un certain nombre de consultations internes à l’Eglise (au niveau des évêques, de la nonciature et, à Rome, de la Congrégation pour les Evêques) et que le prêtre ainsi appelé peut toujours refuser cette nomination ! Il n’en reste pas moins que, faite à Rome, la nomination des évêques français est sensée échapper ainsi aux pressions locales du pouvoir politique.
Pourtant, depuis 1921, le gouvernement est tenu informé du choix fait par le pape. Et son rôle devient même prépondérant pour deux exceptions notables :
La première est celle relative aux évêchés de Strasbourg et de Metz, où s’applique encore le régime concordataire et où le Président de la République française - seul chef d’Etat à jouir de ce privilège - nomme l’évêque. On notera tout de même que, dans la pratique, il ne signe ce décret de nomination qu’une fois l’accord intervenu avec le Saint-Siège sur le nom du candidat.
La seconde exception concerne le diocèse aux Armées, dont l’évêque a un statut assez original parmi ses pairs, puisqu’il est à la fois fonctionnaire français, de statut militaire, recevant un grade d’assimilation et percevant un traitement de l’Etat et, dans le même temps, évêque d’un diocèse personnel. Il est « nommé par le Saint-Siège en accord avec le gouvernement français ».

 
André KERYGME

Curé de Port St Nicolas

Dans cette rubrique
(re)publié: 01/02/2006