Menu
Credo

Pourquoi y a-t-il deux credo dans les missels : sont-ils interchangeables ?

Probablement pour la même raison que l’Eglise s’est toujours refusé à fusionner les quatre évangiles en un seul : il y a plusieurs manières de dire la foi comme il y a plusieurs manières d’annoncer Jésus-Christ.
La première des deux professions de foi qui nous sont proposées le dimanche était en usage à Rome au 3e siècle. La seconde, appelée « Symbole de Nicée-Constantinople », la complète et porte la trace des âpres débats sur l’identité du Christ qui agitaient l’Eglise du 4e siècle. Contre les hérésies qui mettaient en cause la divinité de Jésus et hésitaient sur la nature de l’Esprit-Saint, les évêques crurent utile de préciser les choses, ce qui nous vaut aujourd’hui ce texte plus long. L’une ou l’autre profession de foi peut être dite indifféremment, au gré de celui qui préside.

Mais il existe encore au moins une troisième formulation : la profession de foi dialoguée du baptême, en trois questions : « Crois-tu en Dieu Père ? En son Fils Jésus-Christ ? En l’Esprit-Saint ? » En répondant « Je crois », celui qui va être baptisé communie à la foi de l’Eglise. Car c’est bien elle qui nous fait connaître le Christ et nous transmet ces mots de la foi.

 
André KERYGME

Curé de Port St Nicolas

André KERYGME

Curé de Port St Nicolas

(re)publié: 30/11/2003