LogoAppli mobile

Moi, je ne me sens pas concerné par la campagne du Denier de l’Eglise, car j’estime que je donne déjà assez « en nature » à l’Eglise avec tous les services que je rends dans ma paroisse !

Vous semblez participer - dans l’ombre peut-être - à la vie matérielle de votre paroisse, et donnez probablement de votre temps et de vos compétences pour faire vivre un ou plusieurs services de l’Eglise locale... Tout cela est fort louable et, à vrai dire, essentiel, puisque l’Eglise ne saurait vivre sans ce bénévolat et que c’est évidemment le sens de la communauté, plus que l’intérêt personnel, qui pousse les paroissiens à déployer tant d’énergies !
Mais ces services, sans doute fort utiles et nécessaires, auxquels vous faites allusion vous autorisent-ils pour autant à vous désintéresser de l’équilibre du budget paroissial et à vous déclarer dispensé de la participation commune au Denier de l’Eglise ? Voilà qui mérite au moins réflexion...
Si vous avez des enfants, allez-vous en effet cesser de payer leur cantine scolaire, sous prétexte que vous leur donnez déjà beaucoup d’affection et beaucoup de votre temps ?
Depuis les débuts de l’Eglise, la qualité de la vie fraternelle se vérifie autant par des collectes et le partage financier (Ac 2,45 ; Ac 4,32-37 ; Ac 11,29) que par la prise en charge bénévole d’un certain nombre de services. L’un et l’autre sont nécessaires.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
André KÉRYGME

Curé de Port Saint Nicolas

Dans cette rubrique
(re)publié: 01/05/2006