LogoAppli mobile

L’Eglise est vraiment misogyne : je me suis laissé dire qu’au concile de Trente il s’en est fallu d’une voix pour que les femmes n’aient pas d’âme. Est-ce vrai ? Si c’est le cas, on a eu chaud, nous, les femmes !

On a le droit de porter un regard critique sur l’histoire de l’Eglise et, avec plusieurs siècles de recul, de sourire de telle ou telle formulation théologique aujourd’hui dépassée. Cela n’autorise pas pour autant à mettre sans examen n’importe quelle affirmation ridicule sur le compte de l’Eglise. Sans vouloir vous offenser, voici l’exemple typique d’un ragot malveillant... que les chrétiens ne sont pas obligés de colporter !
A l’origine de ce malentendu, il y a, non pas le Concile de Trente, mais un concile régional bien plus ancien, le deuxième concile de Mâcon pour être précis, en octobre 585. La question fortuite d’un évêque sur l’emploi du mot homo dans l’Ecriture pour la femme donne injustement naissance à la légende sur « la femme sans âme » dans l’Eglise.
Encore une belle illustration du proverbe : « qui veut tuer son chien l’accuse d’avoir la rage » !

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Dans cette rubrique
(re)publié: 01/10/2004