LogoAppli mobile

Quel intérêt, pour nous chrétiens, de lire encore ces vieux récits de l’Ancien Testament avec ces images si peu conformes à ce que Jésus nous montre de Dieu ?

Il faut croire que l’intérêt est grand, puisque la réforme liturgique de l’après-concile a voulu que nous écoutions chaque dimanche un passage de l’Ancien Testament comme première lecture de la messe !

Selon l’enseignement fondamental de l’Eglise, il n’y a en effet qu’un seul et même Dieu dont témoignent l’un et l’autre Testaments.

Les livres de l’Ancien Testament, « bien qu’ils contiennent de l’imparfait et du caduc, sont pourtant les témoins d’une véritable pédagogie divine.
C’est pourquoi les chrétiens doivent les accepter avec vénération : en eux s’exprime un vif sens de Dieu ; en eux se trouvent de sublimes enseignements sur Dieu, une bienfaisante sagesse sur la vie humaine, d’admirables trésors de prières ; en eux enfin se tient caché le mystère de notre salut. » (Constitution conciliaire Dei Verbum n° 15 et 16)

N’opposons donc surtout pas l’une à l’autre les deux parties de la Bible chrétienne et ne nous laissons pas rebuter par la difficulté réelle qu’il peut y avoir à nous retrouver dans le vaste ensemble que constitue l’Ancien Testament !
D’une part, des guides existent qui peuvent nous y aider.
D’autre part, prenons conscience qu’il en va de notre compréhension de l’Evangile, tellement tissé de références au Premier Testament que saint Jérôme pouvait écrire : « L’ignorance des Ecritures, c’est l’ignorance du Christ ! »

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
André KÉRYGME

Curé de Port Saint Nicolas

(re)publié: 01/07/2015
1ère public.: 01/10/2008