Menu
Baptême

Le père de mon enfant est Musulman. Puis-je quand même faire baptiser notre fils ?

Si vous êtes mariés ou même simplement s’il a reconnu l’enfant, le père - à moins qu’un jugement ne l’ait déchu de son autorité parentale - doit être associé à toute décision importante en matière d’éducation. Le moins qu’on puisse dire est que le baptême chrétien, avec l’engagement qu’il implique pour les parents de donner une éducation chrétienne à cet enfant, est l’un de ces choix pour lequel l’accord formel des deux parents est requis.

Dans le cas particulier de votre couple, il convient sans doute de bien réfléchir à ce que chacun peut prendre, en conscience, comme engagement pour respecter à la fois ses propres convictions religieuses, les convictions de l’autre et la liberté des enfants.
Deux attitudes sont certainement à éviter : forcer vos enfants à choisir prématurément une religion « contre » l’autre et, à l’inverse, leur laisser croire que les divergences entre Christianisme et Islam sont si mineures qu’ils pourront éternellement rester dans l’indécision et un flou religieux pas trop compromettant.

Si le père de l’enfant est si peu attaché à sa propre religion qu’il accepte sans problème le baptême et l’éducation chrétienne de votre fils, ce baptême est peut-être envisageable. Mais cela vaut la peine que vous en parliez auparavant avec le curé de votre paroisse et que vous mesuriez la responsabilité qui sera la vôtre.

Dans le cas contraire, le plus sage serait peut-être que chacun des deux parents témoigne de sa propre foi en respectant celle de l’autre parent et que les deux optent pour un éveil religieux des enfants à ces deux univers, sans les engager prématurément par le baptême ou la confession de foi musulmane.

Même si le baptême de votre enfant est probablement à différer, on l’accueillera volontiers au catéchisme où il trouvera des éléments de réponse à sa légitime curiosité sur la foi des chrétiens.

 
André KERYGME

Curé de Port St Nicolas

Dans cette rubrique
(re)publié: 30/11/2003