LogoAppli mobile

27 septembre - Vincent de Paul (1581-1660)

Au temps d’Henri IV, Marie de Médicis, Louis XIII, Anne d’Autriche, Louis XIV, Richelieu, Mazarin, il y eut « Monsieur Vincent », le saint du Grand Siècle !

Né à Pouy dans les Landes (1581), Vincent de Paul, prêtre, frappé très tôt par la misère physique et morale qui régnait dans le pays, profita de ses entrées auprès des plus grands pour solliciter leur aide sur les fronts de la pauvreté, des malades, des enfants trouvés, des blessés de guerre, des bagnards. Pour cela il fonda la Confrérie de la Charité (origine des équipes St Vincent), la Congrégation de la Mission pour la formation des prêtres et des laïcs (les pères Lazaristes), avec Louise de Marillac les Filles de la Charité, ces “filles des champs” pour l’évangélisation des pauvres par les pauvres. Les “Entretiens”, causeries-échanges originales avec les prêtres de la Mission et les Filles de la Charité occupent 15 volumes.

Présent sur tous les fronts, on dira de lui : « Vincent n’a rien mais il peut tout. » Souffrant pendant de longues années et ne pouvant plus se déplacer, il écrira plus de 3 000 lettres signées “Vincent Depaul, indigne prêtre de la Mission”.

Il meurt le 26 septembre 1660, à 80 ans, et ses restes reposent à la chapelle des Lazaristes, 95, rue de Sèvres à Paris. Il sera canonisé en 1737. Il fut le “Mère Teresa” de France.

Une anecdote
La reine Anne d’Autriche (épouse de Louis XIII, reine pendant la minorité de Louis XIV) : « Sentez-vous, au seuil de la mort, ce grand trou vide derrière vous ? »
Vincent : « Oui, Madame, je n’ai rien fait. »
La reine : « Que faut-il faire, alors, dans une vie, pour faire quelque chose ? »
Vincent : « Davantage. »

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 02/09/2016