LogoAppli mobile

4e dimanche ordin.

1. Ce qui s’est passé ce jour-là à Nazareth se passera deux ans plus tard à Jérusalem. L’évangéliste Luc s’en est souvenu en écrivant ce récit, ce rejet de Jésus de son village natal. Pour les mêmes motifs : Jésus est un faux messie, qui trompe le peuple en prétendant parler au nom de Dieu comme les prophètes d’antan. Ce qu’il annonce ne se réalise pas. « Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm ; fais donc de même ici dans ton lieu d’origine » pensent-ils, ceux de la synagogue de Nazareth. Ceux du Temple de Jérusalem lui reprocheront ce même refus qu’il oppose aux demandeurs de miracles : « Il en a sauvé d’autres. Qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Elu » (Lc 23,35). « Alors nous croirons en lui ! » (Mt 27, 42).

2. Croire sans pouvoir prouver. Même les scientifiques doivent le faire. Aujourd’hui les physiciens de l’astronomie pensent que notre monde a surgi de l’explosion, appelée Bing Bang, d’une énergie ultra condensée mais invisible, l’énergie noire. A la question : « D’où vient cette énergie ? », Stephen Hawking, ce physicien britannique de haute renommée, très handicapé aussi, répondait : « De rien. » Il faisait là un acte de foi. Un philosophe très connu dans les médias aujourd’hui pour son athéisme militant a écrit : « Dieu n’existe pas, point à la ligne. » Mais il écrit quantité de lignes, publié de nombreux ouvrages pour prouver son inexistence. Qui ne peut pas se prouver. Il fait lui aussi un acte de foi en l’inexistence de Dieu.

3. La foi est une conviction de ce qu’il y a de plus profond en nous que nous appelons notre âme qui elle non plus ne se prouve pas. Pourtant des signes nous sont donnés. Visible comme celui de sœur Bernadette Moriau, polyhandicapée 40 ans durant, qui raconte dans un livre : « Ma vie est un miracle » : « Ce jour-là, assise sur le banc gauche de la chapelle de Bresles en Picardie… à 17 h 45, précisément je ressens une grande détente dans mon corps. Une chaleur qui part du cœur et qui se répand partout… Un sentiment profond de bien être. De paix totale... Je retourne dans ma chambre. Là j’entends une voix intérieure qui me dit : ‘Enlève tes appareils’… Et sans même réfléchir, j’enlève tout cet attirail d’handicapée : l’attelle de jambe, le corset et j’en passe… Je me rends compte que mon pied gauche est revenu à sa place, il est parallèle à l’autre… J’arrête le neuro-stimulateur… la morphine d’un coup. Ce qui ne peut se faire normalement… C’est incroyable : quarante ans de maladies ; quarante secondes, plus rien, guérie. » Elle fut déclarée comme la 70e miraculée de Lourdes.

4. Des signes spirituels aussi comme celui dont témoigne l’académicien André Frossard, élevé dans l’athéisme parfait, « celui, selon ses mots, où la question de l’existence de Dieu ne se pose même plus ». Il y raconte dans son livre intitulé « Dieu existe, je l’ai rencontré », comment, à vingt ans, il est entré « dans une silencieuse et douce explosion de lumière », alors qu’il était entré dans une chapelle de Paris à la recherche d’un ami.

5. Comme celui que Paul Claudel, ambassadeur, écrivain de grande renommée, raconte. « Je commençais alors à écrire et il me semblait que dans les cérémonies catholiques, considérées avec un dilettantisme supérieur, je trouverais un excitant approprié et la matière de quelques exercices décadents. C’est dans ces dispositions que, coudoyé et bousculé par la foule, j’assistai, avec un plaisir médiocre, à la grand’messe. Puis, n’ayant rien de mieux à faire, je revins aux vêpres. Les enfants de la maîtrise en robes blanches et les élèves du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet qui les assistaient, étaient en train de chanter ce que je sus plus tard être le Magnificat. J’étais moi-même debout dans la foule, près du second pilier à l’entrée du chœur à droite du côté de la sacristie. Et c’est alors que se produisit l’événement qui domine toute ma vie. En un instant mon cœur fut touché et je crus. Je crus, d’une telle force d’adhésion, d’un tel soulèvement de tout mon être, d’une conviction si puissante, d’une telle certitude ne laissant place à aucune espèce de doute, que, depuis, tous les livres, tous les raisonnements, tous les hasards d’une vie agitée, n’ont pu ébranler ma foi, ni, à vrai dire, la toucher. J’avais eu tout à coup le sentiment déchirant de l’innocence, l’éternelle enfance de Dieu, une révélation ineffable. » Le pilier dont il parle porte la statue de Notre Dame.

6. Claudel, Frossard et beaucoup d’autres seront convertis à la foi chrétienne sans pouvoir autrement se justifier. Nous ne pouvons qu’admirer et les envier. Nous aimerions avoir de telles exaltations. Mais nous pouvons nous parler de notre foi comme d’une confiance déposée en Jésus, à l’image de celle que les enfants ont en leurs parents. Cela va de soi et ne se démontre pas. Ce jour de sabbat à la synagogue, Jésus demandait la confiance, celle qu’on éprouve sans exiger qu’elle se prouve. Ils attendaient un envoyé de Dieu qui leur donnerait de manière soudaine et universelle le paradis sur terre et ils n’ont rencontré qu’un homme qui leur parlait d’une libération intérieure, d’une primauté du cœur, et qui se laisserait condamner pour montrer qu’il ne connaissait que l’amour pour vaincre la violence, que la compassion pour vaincre l’indifférence, que l’entraide pour vaincre l’égoïsme. Et il leur montrerait jusqu’où cela pouvait aller. Il n’utilisait que des mots d’homme mais il parlait le langage de Dieu. Si nous rêvons aujourd’hui d’être libérés de tout ce qui nous inquiète, de tout ce que nous croyons insupportable, comme par une force extérieure, comme par un coup de baguette magique, parce que nous sommes croyants, alors nous faisons pareillement fausse route.

Seigneur, nous t’en prions, va ton chemin en nous. Passe entre nos interrogations qui nous font hésiter, nos incompréhensions qui nous font douter, nos réticences qui nous font reculer. Mais que s’allume cette étincelle qui mit le feu au cœur de Paul, de Claudel, de Frossard, de Michel Delpech.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 03/02/2019