LogoAppli mobile

18e dimanche ordin.

1. « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » La question du partage d’héritage a souvent fait problème. Hier comme aujourd’hui. Lorsque l’on cite la bonne entente des parents et de leurs enfants dans une famille, il n’est pas rare de s’entendre dire : « Le partage a-t-il était fait ? ». A l’époque de Jésus, il n’y avait ni notaire, ni juge. Pour régler ces questions on s’adressait à un rabbi, un maître expert docteur de la Loi, puisque tout était contenu dans la Bible. En particulier pour préserver le patrimoine, y était inscrit le droit d’aînesse qui attribuait double part au fils aîné à charge pour lui de distribuer le restant équitablement à ses frères. Si cet homme s’adresse à Jésus c’est qu’il le considère comme un Maître, capable donc de plaider sa cause auprès de son frère.

2. Ce que Jésus refuse. Mais il profite de la question pour parler de la place que peut tenir dans la vie de l’homme l’acquisition des biens matériels, de l’argent. Jésus ne reproche pas à ce riche d’avoir fait une bonne récolte, d’avoir travaillé pour assurer son avenir, la sécurité des siens, mais d’avoir pensé que son avenir était assuré pour de longues années par les biens périssables qu’il avait accumulés. Son regard n’avait pas été plus loin que ses soucis terrestres. Il faisait dépendre ses jours, sa vie, de ce qu’il avait accumulé dans ses greniers. « Je » dit-il à 6 reprises, pour gérer ses biens qu’il mentionne 5 fois : « ma récolte, démolir mes greniers, en reconstruire de plus grands ». Pour quoi faire ? « Se reposer, manger, boire, jouir de l’existence ». Il se considère comme propriétaire de son avenir et établis pour lui un plan. Il se trompe. Son argent l’a trompé en lui faisant croire que son avenir était assuré par ses biens. « La vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses jours » rappelle Jésus qui conclue ainsi cette histoire : « Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu ». De la richesse, Jésus en a parlé par ailleurs à d’autres reprises. De deux manières différentes.

3. D’abord pour mettre en garde contre l’avidité qui aveugle, rend inhumain : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent. » (Mt 6,24) A voir l’importance de l’argent dans les rapports entre les nations, les crises financières qui sont à la source de tant d’inquiétude, la première place donnée à la recherche du profit, oui, on peut dire que l’argent est souverain et que par lui le monde se mène. Le Dieu de ce monde c’est l’argent, il a beaucoup d’adulateurs et sur son autel on sacrifie bien des valeurs.
Comme l’honnêteté pour ces responsables du monde politique ou associatif qui accumulent des millions d’euros de manière frauduleuse. Comme la santé et le respect d’autrui pour ceux qui organisent le commerce de la drogue et se conduisent comme des esclavagistes en mettant de plus jeunes sous la dépendance. Comme le devoir de partager avec ceux qui ont un besoin réel non seulement de pain mais aussi de liberté, pour ceux qui ont peur qu’on leur enlève le travail. On pense à ces migrants qui risquent et paient trop souvent de leur vie le passage dans des pays de paix et d’abondance. Nous sommes effarés par le montant des gains des vedettes dans les domaines du sport, du spectacle mais en sont les premiers responsables, ceux qui veulent toujours plus de succès, toujours la première place. On voit de plus en plus des offres alléchantes comme gagner 20 000 euros lors d’un match à condition de répondre à une question aussi saugrenue que celle de la couleur du cheval blanc d’Henri IV. Le gagnant est unique, les perdants des milliers. Même si nous n’en sommes pas là, comment jugeons-nous la réussite d’un homme dans la vie quand nous disons ; « Il a bien réussi. » N’est-elle pas souvent basée sur la prospérité matérielle ? Immense fortune, grande villa, grosses voitures, etc. Une vie réussie selon l’esprit de notre monde, c’est d’avoir le plus de pouvoir, d’avoir le plus de biens. Nous ne serions-nous pas fâchés d’en être.

4. Pour nous recommander de « devenir riche en vue de Dieu. » Jésus sait bien qu’il faut de l’argent pour vivre. Il a travaillé de ses mains pour cela. Mais à ceux qui en ont plus que nécessaire il propose de l’utiliser pour devenir « riche en vue de Dieu ». « Eh bien ! moi, je vous dis : faites-vous des amis avec l’Argent trompeur pour qu’une fois cet argent disparu, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. » (Lc 16,9) C’est de son utilisation donc qu’il s’agit. Jésus n’entend pas nous détourner de nos responsabilités : assurer les meilleures conditions aux siens. Il a condamné ceux qui, au lieu de soigner leurs parents, destinaient leur argent au Temple sous prétexte d’accomplir un devoir religieux. Devenir riche en vue de Dieu, c’est utiliser ce que nous avons pour le bien de tous. Devant lui nous serons riches de ce que nous avons donné pas seulement ni nécessairement d’argent, mais de temps, d’accueil, de services rendus, de disponibilité, de miséricorde. Nous pouvons méditer cette inscription en épitaphe sur une tombe : « Ce que j’ai dépensé, je l’ai perdu ; ce que je possédais, je l’ai laissé à d’autres ; mais ce que j’ai donné est encore à moi ! »
En ce temps d’été beaucoup se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle en pèlerinage. Considérons notre vie comme un pèlerinage vers le Père avec Jésus comme compagnon de route.

Seigneur, tu sais l’inquiétude de tous ceux qui ne savent pas s’ils mangeront demain, s’ils verront leur avenir s’éclaircir. Tu sais aussi notre souci de ne pas être à charge. Donne-nous assez de discernement pour gérer selon ton esprit notre quotidien. Donne-nous de ne pas entrer dans la spirale de l’enrichissement sans fin en t’oubliant. Aide-nous à trouver les chemins d’entraide les plus justes, les plus à même de nous comporter en frères humains. Donne-nous de ne pas laisser étouffer ta parole par « le souci du monde et la séduction des richesses » (Mt 13,22). Amen.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 04/08/2019