LogoAppli mobile

31e dim. ordinaire (3/11) : Méditation

Quand le désir de Dieu et celui de l’homme se rencontrent...

Un penseur peut-il concilier la liberté de Dieu et la liberté de l’homme s’il ne reçoit pas d’abord la lumière de la Révélation en Jésus Christ ? Comment l’absolu divin peut-il laisser une place en lui pour une autre liberté ? Nietzsche sacrifie Dieu, Mahomet sacrifie l’homme.

La rencontre de Jésus avec Zachée montre justement comment la liberté de l’homme conditionne la liberté de Dieu, comment le désir de l’homme l’ouvre au désir de Dieu. En effet, Zachée cherche à voir Jésus et il accepte d’utiliser les médiations nécessaires à l’exercice de sa liberté humaine, très concrètement de grimper dans un sycomore malgré tout ce qui pourrait l’en dissuader. Son désir l’ouvre à plus que lui-même. Mais le désir de Zachée permet à Dieu d’exprimer et de réaliser son propre désir qui est de chercher l’homme et le sauver, même si le désir de Dieu précède évidemment celui de l’homme.

Pourtant ce désir de Dieu, comment pourrait-il se porter sur moins que lui-même ? Zachée ne respecte pas la Loi, c’est un publicain impur et un pécheur. Mais il est libre puisque son désir le tourne vers Jésus, vers Dieu qui passe... Ainsi sa rencontre avec Jésus lui permet-elle de faire mieux encore que ce que prescrit la Loi et de rendre le quadruple à ceux qu’il a lésés. Comme de surcroît, sans même, d’une certaine manière, cesser d’être “riche”. Il est comme entré dans la mystérieuse liberté du Père qui se donne tout entier sans jamais s’épuiser. Il me semble que c’est là ce que l’on nomme la charité.

Si seulement nous pouvions être libres davantage et vraiment chercher Jésus qui – n’en doutons pas – passe par chez nous. Le rencontrer, c’est enfin se trouver aussi soi-même. Cela supposerait que nous reconnaissions les sycomores à notre portée, les moyens et les médiations nécessaires. Humblement. Nous n’en ferons pas l’économie : c’est à cause de ce que nous sommes et Dieu le respectera jusqu’au bout.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 03/09/2019