Menu
Homélies

Au temps de Noël

Lors de l’une de ses visions mystiques Angèle de Foligno, dont la liturgie fait mémoire le 4 janvier, entendit le Seigneur lui dire : « Je t’ai montré quelque chose de ma puissance ; regarde mon humilité. » Les événements du temps de Noël en sont une illumination.

1. L’ange Gabriel avait promis : « Il sera appelé Fils du Très Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin ! ». Et voici que, selon l’évangéliste Luc, l’événement de la nativité passe inaperçu, au terme d’un déplacement en pays inconnu, dans l’encombrement de caravanes nomades. Les premiers témoins ne seront que des bergers à la réputation douteuse. La liturgie a placé au lendemain même la lapidation du diacre Etienne aux premiers jours de l’absence du Maître, à nouveau mis à mort en son disciple. Les sages d’Orient sont bien passés par Jérusalem mais n’y retournèrent point, avertis que cette naissance n’y était pas une bonne nouvelle. Celui dont Jean affirme qu’il n’est pas digne de se courber pour défaire les courroies de ses sandales, descendra dans l’eau de la repentance. Et puis le silence, trente ans durant, et Marie qui gardait tout cela dans son cœur. Ainsi, dès les débuts du récit évangélique, est pressenti que le cheminement du Fils de Dieu parmi les hommes serait un chemin tortueux passant par des fossés de division, des montagnes d’incompréhension et finirait sur une colline de malfaiteurs crucifiés.

2. L’humilité de Dieu pour nous révéler sa puissance. C’est à Paul que nous devons l’expression la plus forte de cette révélation : « Comportez-vous ainsi entre vous, comme on le fait en Jésus Christ : étant de condition divine il n’a pas usé de son droit d’être traité comme un dieu mais s’est dépouillé prenant la forme d’esclave. Devenant semblable aux hommes et reconnu à son aspect comme un homme il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix. » (Ph 2, 5-8) Il faut s’arrêter devant la colossale nouvelle, ici proclamée. La raison défaille. Comment peut-on imaginer que le Créateur se fasse créature, que l’invisible devienne visible, que l’inaccessible se laisse toucher comme le plus ordinaire des hommes. Aucune autre religion de ce monde ne s’avance jusqu’à présenter pareille invraisemblance, pareille folie. On comprend que les croyants juifs, musulmans et des autres religions ne puissent nous suivre dans cette foi chrétienne. On comprend que les non-croyants trouvent que nous déraisonnons. Saint Augustin disait : « Qu’y a-t-il d’étrange à ce que tu ne comprennes pas ? Si tu comprends, ce n’est pas Dieu ! … Si vous me demandez ce qui est le plus essentiel dans la religion et dans la discipline de Jésus-Christ, je vous répondrai : d’abord, l’humilité, ensuite, l’humilité et en troisième lieu, l’humilité. » Seule la méditation se propose à la place de la raison.

3. Alors rendons-nous devant la crèche. Comme ces bergers accourus de leurs collines et ces mages venus de loin en chercheurs de Dieu. Des chercheurs qui ne trouveront jamais ce qu’ils croyaient trouver parce que Dieu se cache dans le mystère de l’humilité. Devant cette figuration naïve de la crèche, pressentons, comme eux, l’inaccessible secret qui s’y cache, l’impénétrable mystère et l’infini silence qui l’enveloppe. Que faire d’autre sinon, comme eux, entrer en humilité en nous-mêmes pour l’y trouver. Ne plus chercher ailleurs et adorer. Jean de la Croix nous le dit avec des paroles merveilleuses : « Le Père n’a dit qu’une parole : ce fut son Fils. Et il la dit toujours dans un silence sans fin. Et c’est dans le silence qu’elle peut être entendue de l’âme … Réjouis-toi, exulte en ton recueillement dans la compagnie de Celui qui est si proche de toi. Adore-le en toi-même et garde-toi de le chercher au dehors. »

 
Aloyse SCHAFF

Capitaine de Port Saint Nicolas.
Prêtre du diocèse de Metz ; ancien professeur de sciences physiques et ancien directeur de lycée Saint-Augustin à Bitche.
Toujours en paroisse à Bitche et environs. Responsable des Appros (épicier en gros en quelque sorte) pour l’association des « Restos du cœur » de Moselle-Est.

as1932 gmail.com
(re)publié: 25/12/2017