Menu
Homélies

Au temps de l’Avent

1. Avent signifie venue, avènement. Un Avènement est la Venue d’un Evénement. Dans la liturgie Avent a pris en outre le sens d’Attente précédant cette venue. Un temps qui s’étend avant l’événement. Les parents qui attendent la naissance d’un enfant peuvent en parler avec beaucoup de justesse. Mais aussi les personnes qui attendent le résultat d’un diagnostic médical. Ce temps est vécu avec l’événement à venir mais qui est déjà là, dans la joie ou l’angoisse.

2. Ce 25 décembre prochain nous célébrerons donc le premier Noël de l’histoire chrétienne. Mais aussi, comme il est dit dans l’évangile de ce premier dimanche, nous sommes invités à penser au dernier Noël de notre histoire que sera la rencontre définitive avec Celui qui est déjà venu. Le jour de Noël 2017 passera, les illuminations s’éteindront, les boutiques des marchés de Noël baisseront leurs rideaux mais il y aura un Noël qui ne passera pas, un Noël qui ne finira pas. Mais un Noël encore à venir.

3. Entre ce Noël présent et celui à venir, il y a ce temps, le nôtre, durant lequel le maître, dont on ne sait ni le jour, ni l’heure de son retour, a confié les clés de sa maison à ses serviteurs. Avec cette vigne remise entre leurs mains et dans laquelle il conviait les désœuvrés à se rendre quelle que soit l’heure ; avec ce champ où ils doivent semer sans s’occuper ni de des semences perdues, ni de l’ivraie, assurés de son extraordinaire rendement. A condition de ne pas s’endormir et de garder leurs lampes allumées à l’instar de ces jeunes filles de la parabole.

4. Pour nous y aider, la liturgie des semaines qui conduisent jusqu’au mémorial de la fête de la nativité du Seigneur, va jalonner notre route de guides qui ont pour noms Isaïe, Jean le Baptiste, Marie.
a. En ce premier dimanche le prophète Isaïe qui, tel un veilleur annonçant le lever de l’aurore, donne à l’espérance de renaître au cœur des exilés : « Monte sur une haute montagne… Elève la voix… Dis aux villes de Juda ‘Voici votre Dieu’…. Il vient ! ». Aujourd’hui tant hommes, de femmes, d’enfants ne voient pas d’aurore se lever. Au Yémen, voir ces petits enfants dénutris, déshydratés, conduit leurs parents au désespoir, nous bouleverse mais ne bouleversent pas ceux qui en sont responsables. En Birmanie la persécution tue et mène sur les chemins sans issue des milliers de ses minorités. La Corée du Nord fait craindre le pire. Comment ne pas rester insensible. Il faut pourtant se réjouir de ceux qui tentent d’apporter un témoignage de solidarité, source d’espérance, comme vient de le faire notre pape en Birmanie, au Bangladesh.
b. Nous sentons bien impuissants devant tant de souffrances. Pour autant nous ne sommes pas dédouanés d’apporter du réconfort autour de nous. Dans le silence qui cache bien des solitudes, bien des peurs, entendons encore la voix du Baptiste crier « Préparez le chemin du Seigneur. Rendez droit ses sentiers… ! » Faire en sorte que nos chemins qui vont vers l’autre ne soient pas tortueux, que nos différences ne soient pas des tranchées infranchissables, que nos oreilles ne se ferment pas au dialogue. En commençant avec nos plus proches, dans nos familles. Que les fêtes de Noël, fêtes de la famille par excellence, nous donnent de resserrer les maillons de nos liens si bien distendus parfois.
c. Enfin s’incliner devant la vierge Marie pour la saluer comme l’ange annonciateur Gabriel et faire nôtre son Oui. Et au jour de Noël, prendre le temps de s’asseoir au bord de cette grotte, avec la joie de ces bergers dans les yeux et regarder cet enfant qui vous tend les bras. Comment ne pas en être ému ? Comment ne pas l’aimer et le prendre chez soi ? Comment ne pas le suivre ensuite, partager son projet pour que le règne de Dieu arrive enfin ?

Voici le temps le temps de l’Avent et ses paroles d’espérance, d’engagement, d’adoration.

 
Aloyse SCHAFF

Capitaine de Port Saint Nicolas.
Prêtre du diocèse de Metz ; ancien professeur de sciences physiques et ancien directeur de lycée Saint-Augustin à Bitche.
Toujours en paroisse à Bitche et environs. Responsable des Appros (épicier en gros en quelque sorte) pour l’association des « Restos du cœur » de Moselle-Est.

as1932 gmail.com
Dans cette rubrique
(re)publié: 03/12/2017