LogoAppli mobile

2e dim. de Carême (28/2) : Prières pour la célébration

Bonjour… C’est avec dans la tête toutes nos préoccupations, nos joies et nos peines que nous sommes ici pour nous aider mutuellement à prendre un peu de hauteur par rapport à tout cela. Non pas que nous devions oublier la réalité de nos vies, mais pour que Dieu vienne l’habiter, l’illuminer de sa tendresse et nous rappeler cette question que nous ne devons cesser de nous poser : « Où est ton frère ? »

 Seigneur, toi qui t’es livré pour nous faire accéder à la vie. Seigneur, prends soin de nous
 O Christ, toi le Fils bien aimé qui nous parle du Père. O Christ, prends soin de nous
 Seigneur, toi qui nous entraînes vers la résurrection. Seigneur, prends soin de nous.

Que Dieu notre Père recrée en nous ce que le mal a brisé et qu’il nous fasse grandir dans la communion avec lui et avec les autres. Amen.

Prière. 

Seigneur, c’est en toute simplicité que nous nous présentons devant toi.
Point n’est besoin de jouer la comédie ou de vouloir paraître pour attirer ta bienveillance car tu nous aimes tels que nous sommes.
Ouvre nos cœurs à ta Parole pour qu’elle nous transforme et change nos vies. Nous te le demandons par Jésus ton Fils…

Prière universelle.

Sûrs de ce que Dieu est plein d’attention et de prévenance adressons-lui notre prière.

Nous contribuons parfois,
face aux événements douloureux de la vie,
à entretenir l’idée d’un Dieu cruel et insensible.
Pour qu’au contraire, nous sachions témoigner d’un Dieu
plein de délicatesse et de douceur.
Seigneur, nous te prions.

Tout homme, toute femme tient à donner un sens à sa vie.
Ce sens nous est offert mais il faut néanmoins le chercher.
Pour que ce temps de carême soit l’occasion
de donner la pleine saveur à nos existences.
Seigneur, nous te prions.

Tous, mais certains plus que d’autres,
nous portons un fardeau d’épreuves et de souffrances.
Loin d’être une malédiction ou une punition,
elles sont aussi une souffrance pour Dieu.
Pour qu’en nous ouvrant mutuellement à nos peines
nous les rendions plus légères.
Seigneur, nous te prions.

Voilà, Seigneur la prière de tes enfants. Ce ne sont que des paroles mais elles viennent du fond de nos cœurs.
Qu’avec ta grâce nous puissions les réaliser dès maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Offrande.

Par ce pain et ce vin, Seigneur, tu ouvres nos cœurs à ta présence. Reçois nos vies et transfigure-les pour qu’elles chantent ta gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Notre Père.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ».
C’est donc grâce à Jésus et par lui que nous pouvons et aimons dire : NOTRE PÈRE…

Paix.

Délivre-nous, Seigneur, de te regarder parfois comme un Dieu insensible ou cruel.
Délivre-nous de colporter cette fausse image, cette caricature de ta personnalité.
Mais donne-nous de témoigner de toi, comme un Dieu plein de sensibilité et de délicatesse.
Parce que tu es vraiment un Dieu attentif et prévenant qui laisse déborder son cœur de Père et cela depuis Abraham et pour les siècles des siècles. Amen.

Communion.

Seigneur Dieu, toujours fidèle à ton alliance, nous venons de faire une halte avec toi. Nous avons écouté ta Parole et partagé le pain qui fait vivre.
Donne-nous d’être à notre tour le reflet de ta bonté afin que par nous, toute l’humanité puisse s’émerveiller et redécouvrir ton vrai visage par le Christ notre Seigneur. Amen.

Bénédiction.

« Où est ton frère ? » Que pendant ce carême, personne dans notre voisinage ne se sente plus seul et que le Seigneur nous bénisse : le Père le Fils et le Saint-Esprit. Amen.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Georges LAMOTTE

Prêtre du diocèse de Namur, † 2017.

(re)publié: 28/12/2020