LogoAppli mobile

29e dim. ordinaire (18/10) : Prières pour la célébration

Bonjour à vous tous qui vous unissez pour prier un même Seigneur, un même Père.
On reproche parfois aux chrétiens de se réfugier dans le spirituel et de fuir le temporel.
Or notre présence à cette eucharistie n’est pas une évasion hors du monde dans lequel nous vivons, elle nous engage, au contraire, à une prise en charge de ce monde.
Notre participation ici montre combien nous sommes heureux d’y vivre et combien nous voulons qu’y règne la justice et l’amour.
Prenons maintenant conscience de tout l’amour de Dieu pour nous :

 Seigneur, toi qui nous précèdes et nous attends à chacun de nos rendez-vous. Seigneur, prends soin de nous.
 O Christ, toi qui aimes nous voir unis en une communauté de frères et de sœurs. O Christ, prends soin de nous.
 Seigneur, toi qui nous libères de tout ce qui nous enchaîne et opprime. Seigneur, prends soin de nous.

Que Dieu notre Père recrée en nous ce que le mal a brisé et qu’il nous fasse grandir dans la communion avec lui et avec les autres. Amen.

Prions :

Béni sois-tu Dieu du ciel et de la terre.
Aide-nous à accomplir nos tâches quotidiennes pour le plus grand bien de la communauté humaine selon l’Esprit de l’Evangile.
Ensuite par la prière nous pourrons refaire nos forces, chanter ta louange et raffermir notre espérance. Par le Christ Notre Seigneur. Amen.

Prière universelle :

Prions aujourd’hui plus particulièrement pour tous les responsables politiques et religieux et pour toutes celles et ceux qui détiennent une parcelle du pouvoir.

 Ils sont de plus en plus nombreux ceux qui se désintéressent de la vie politique de leur cité parce qu’ils pensent que leur voix ne sera pas entendue ou que cela ne sert à rien.
Pour que nous prenions conscience
que notre attention et nos réactions jouent un rôle important
parce qu’elles influenceront et stimuleront le courage et l’honnêteté de nos politiciens.

 Pour tous les croyants,
afin qu’ils ne se réfugient pas dans une religiosité en marge de la société
mais qu’ils sachent qu’on ne peut servir Dieu sans aider ses frères.

 Parmi beaucoup d’autres questions délicates,
l’Etat doit gérer le problème de l’accueil et l’intégration des réfugiés.
La communauté chrétienne doit, elle aussi, se sentir concernée.
Pour que les décisions soient prises
non pas seulement dans une recherche d’avantages politiques ou économiques
mais surtout dans le respect intégral des personnes.

Seigneur, que ton Esprit nous donne une foi active, une charité qui sache se donner de la peine et une espérance qui tienne bon. Par le Christ Notre Seigneur. Amen.

Offrande :

Ces offrandes que nous te présentons, Seigneur, sont le fruit du travail des hommes et des femmes mais surtout les dons de ta bonté. Qu’elles soient une semence qui germera en vie éternelle. Amen.

Notre Père :

Habités par l’Esprit même de Jésus nous aimons dire : NOTRE PÈRE…

Paix :

Délivre-nous Seigneur de ne chercher que notre avantage au détriment de ceux qui sont sans pouvoir. Tu vois la soif de milliards d’hommes qui aspirent à la paix.
Fais de nous des ouvriers de la paix pour construire une communauté véritable où chacun pourra goûter au bonheur par le Christ Notre Seigneur. Amen.

Communion :

Dieu notre Père, nous avons partagé le pain et le vin, signes, sacrements de ton amour.
Que par la force de cette communion et le soutien de toute la communauté, nous puissions nous acquitter de nos tâches humaines et orienter notre vie vers les cieux nouveaux et la terre nouvelle que tu promets en Jésus ton fils notre Seigneur. Amen. 

Bénédiction :

Allons dans la joie et la paix et que le Seigneur nous bénisse : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Amen.

Autre piste :

Intro :

« Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » Cette phrase est l’une des plus célèbres de l’évangile ! Comprise superficiellement, on pourrait croire que religion et politique ne font pas bon ménage et que nos rassemblements de prière ne concernent que Dieu seul, sans aucun souci des choses du monde.
Que cette eucharistie, moment de réflexion, de recueillement et de partage, nous rappelle que notre foi nous engage à part entière dans notre société pour qu’y règne la justice et l’amour.

Kyrie :

 Seigneur, parce qu’au nom de la religion, nous excluons, cataloguons et rejetons ceux qui ne sont pas des « purs ».
Donne-nous ton pardon.

 O Christ, parce qu’au nom de la politique économique, nous détruisons la nature et déshumanisons les travailleurs.
Donne-nous ton pardon.

 Seigneur, parce qu’au nom de l’argent, nous croyons que tout nous est permis et que tout nous est dû. Donne-nous ton pardon.

Intentions :

Ils sont de plus en plus nombreux, ceux et celles qui se désintéressent de la politique parce qu’ils pensent que cela ne sert à rien. Pourtant, quoi qu’on en dise, la politique influence une grande part de notre vie. Pour que nous prenions conscience que notre vigilance et notre attention sont nécessaires pour stimuler l’honnêteté et la droiture des décisions de ceux qui nous gouvernent. Prions le Seigneur.

Pour tous les croyants, afin qu’ils ne se réfugient pas dans une religiosité en marge de la société, mais qu’ils se souviennent qu’on ne peut servir Dieu sans aider ses frères. Prions le Seigneur.

Religion et politique nous renvoient à de nombreux conflits dans le monde d’aujourd’hui. En Syrie, en Irak, des jeunes –trop jeunes- sont manipulés et embrigadés au nom d’Allah. Au nom d’Allah ou de quelques hommes qui rêvent, comme César, de devenir les maîtres du monde ? Pour que nous sachions rendre à Dieu ce qui est à Dieu c.-à-d. l’amour et la justice et non pas la violence et la guerre. Prions le Seigneur.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Georges LAMOTTE

Prêtre du diocèse de Namur, † 2017.

(re)publié: 18/08/2020