Menu
En avril

Jean-Baptiste de La Salle (1651-1719) - 7 avril

Né à Reims dans une famille de huit enfants, sous le règne de Louis XIV, Jean-Baptiste se sent très vite attiré par la vocation religieuse, alors que son père le destinait à une carrière juridique. Après la Sorbonne, école de théologie fondée au temps de saint Louis et le séminaire Saint-Sulpice fondé en 1641 par Jean-Jacques Olier à Paris, il obtient le bénéfice attaché au titre de chanoine de la cathédrale. Il est ordonné prêtre en 1678.

En 1679, il rencontre et reçoit chez lui Adrien Nyel, un avocat chargé du bureau des pauvres valides à Rouen, et appelé à Reims par une riche veuve pour y établir une école pour les pauvres. Jean-Baptiste est conquis à cette idée et y engage ses ressources.

En 1684, il fonde la Congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes dont les maîtres formés en son sein ouvriront des écoles professionnelles, des écoles du dimanche, des maisons d’éducation pour les enfants des rues, pour filles et garçons. Pour les frères, qui restent des laïques, il écrit son traité de base : Institut des Frères des Écoles Chrétiennes.
En 1685, il crée à Reims ce qu’on peut appeler la première école normale d’instituteurs, avant d’en établir une autre à Paris. Dès lors, il sillonnera la France en passant par Rouen, Grenoble.

Mais, dès 1691, il rencontre de grandes oppositions de la part des maîtres d’écoles, des curés, des évêques et subira pillages des écoles, procès, condamnations. En 1704, les « maîtres écrivains » de Paris exigent la fermeture des écoles lassalliennes.
Jean-Baptiste de La Salle est destitué de sa charge de Supérieur.

De 1712 à 1714, il passe par un désert spirituel jusqu’à ce qu’il soit rappelé à la tête de la Congrégation par les Frères. Atteint de rhumatismes, il se démet de ses fonctions en 1717 et meurt le Vendredi saint 7 avril 1719 dans la maison-mère qu’il a fixée à Rouen. Outre les Règles de la Congrégation, on lui doit des lettres et de nombreux écrits spirituels, catéchétiques, pédagogiques. Il est canonisé en 1900 par Léon XIII, déclaré « patron de tous les éducateurs » par le pape Pie XII en 1950.

Les écoles St Jean-Baptiste de la Salle devinrent très vite des références appréciées en matière d’éducation et ont renouvelé la pédagogie en France.
Pour résumer :
1. Il a inventé les Écoles normales, qu’il appela « séminaires » pour les maîtres de la campagne.
2. Il a innové l’enseignement par classe de niveau et non plus de manière individuelle.
3. Il apprit à lire en français et non plus seulement en latin.
4. Il a voulu la gratuité dans l’enseignement primaire dans les écoles qu’il avait fondée pour les garçons et pour les filles.
5. Il a organisé les écoles du soir et du dimanche pour les jeunes travailleurs.
6. Pour faciliter la vie active des jeunes, il a préconisé un enseignement de la langue maternelle en quatre points : lire, écrire, calculer, dessiner, les exercices adaptés aux besoins du monde du travail.
7. Le maître demande un effort personnel, pose des questions, laisse chercher l’écolier, demande des travaux pratiques (composer des problèmes, rédiger des quittances…). Le maître parle peu. Pas de cours magistraux.
8. L’élève est appelé à participer à la vie de l’école.
On établit tout un système de services pour la communauté. Ainsi : le
clavier ouvre et ferme les portes de l’école, l’ aumônier ramasse le pain et les fruits en trop pour les donner aux plus démunis, le sonneur sonne le début et la fin des classes, les premiers de banc marquent les absents et jouent un rôle de leader pour leur “banc”, les visiteurs des absents, 2 par quartier, vont voir les écoliers malades, etc.

 
Aloyse SCHAFF

Capitaine de Port Saint Nicolas.
Prêtre du diocèse de Metz ; ancien professeur de sciences physiques et ancien directeur de lycée Saint-Augustin à Bitche.
Toujours en paroisse à Bitche et environs. Responsable des Appros (épicier en gros en quelque sorte) pour l’association des « Restos du cœur » de Moselle-Est.

as1932 gmail.com
Aloyse SCHAFF

Capitaine de Port Saint Nicolas.
Prêtre du diocèse de Metz ; ancien professeur de sciences physiques et ancien directeur de lycée Saint-Augustin à Bitche.
Toujours en paroisse à Bitche et environs. Responsable des Appros (épicier en gros en quelque sorte) pour l’association des « Restos du cœur » de Moselle-Est.

(re)publié: 01/04/2017
1ère public.: 22/03/2017