LogoAppli mobile

Dans l’espace

Les lieux de célébration où s’assemblent les chrétiens sont fort divers. Qu’il s’agisse d’une cathédrale ou d’une petite église de campagne, d’une chapelle ou d’une pièce aménagée, voire d’un stade ou d’un parc pour un très grand rassemblement, l’assemblée chrétienne est nécessairement localisée.

Du lieu à l’espace

L’espace est autre chose qu’un endroit, c’est un lieu qui permet de remplir une fonction. On dit que, dans telle pièce, on a assez d’espace ou que l’on manque d’espace pour faire ceci ou cela. L’espace est plus qu’une superficie : un espace vert dans une ville est beaucoup plus que la surface d’un jardin public ou d’un bois. Ainsi, l’espace liturgique n’est-il pas seulement défini par les dimensions de l’église où l’on célèbre, mais par la façon dont les personnes habitent cette église et dont les choses y sont disposées, lorsqu’on célèbre. L’espace liturgique, c’est la façon dont l’église est utilisée pour les célébrations.

Les meubles parlent

Toute organisation de l’espace est faite pour les fidèles rassemblés. Si nous commençons par traiter du mobilier, c’est parce qu’il est plus stable que les personnes. Il reste en place même si l’église est vide.

En fait, il y a deux pôles : le choeur (ou le sanctuaire) et la nef. Quel rapport y a-t-il entre eux ? Le choeur, doit apparaître comme le « coeur » d’une action à laquelle tous collaborent, et non comme la tribune d’une salle de meeting, ou l’estrade d’une salle de classe.

Quatre emplacements se distinguent : au centre, l’autel (voir Présentation générale du Missel romain no. 262) ; autour de lui, le siège du président, l’ambon de la Parole et la place des fidèles. Les meubles qui occupent ces emplacements doivent dire par eux-mêmes, ce pour quoi ils sont faits.

 L’autel dit qu’il est à la fois autel du sacrifice et table du repas sacrificiel. De l’autel, il tient d’être solide, noble et digne. De la table, il tient d’être ouvert aux convives.
 Le siège dit que l’assemblée est présidée.
 L’ambon dit qu’une part importante de la réunion est faite de l’écoute d’une Parole. Lui aussi est solide et stable comme la Parole proclamée.
 Les sièges de l’assemblée disent que les chrétiens ici réunis forment un groupe de « frères » (Ac 1,15) qui reçoit une Parole et y répond avant de partager un repas mystique.

Ce qui est vu de l’aménagement spatial du lieu révèle l’invisible action du Seigneur qui a convoqué cette assemblée.

Les corps parlent

L’espace est meublé pour être habité. Beaucoup de mots seront dits lors de la réunion : des monitions, des prières, des textes lus ou chantés. La parole aura le poids que lui conféreront les corps qui parlent. La tenue, les attitudes, les comportements, bref, la façon dont les acteurs habitent l’espace par leur corps, parlent déjà avant les mots. Le « Au nom du Père » du prêtre qui préside aura le poids que lui donne la façon dont il est arrivé à son siège. Le « Seigneur, prends pitié » de l’assemblée aura le poids que lui donne la façon sobre et incitatrice avec laquelle l’animateur de chant l’a lancé. La lecture biblique aura le poids que lui donne la façon dont le lecteur est arrivé à l’ambon.

Nous sommes tellement habitués, depuis la réforme liturgique, à privilégier le langage verbal que nous avons négligé le langage des gestes et des attitudes. Or, dans un système de communication comme celui de la liturgie, le comportement est déterminant pour la compréhension du message. Le message n’est pas transmis seulement par les mots : le silence d’un prêtre président se recueillant avant une oraison, le calme d’un lecteur proclamant la parole de Dieu, la discrétion d’un animateur de chants ne parlent pas moins que les mots priés, lus ou chantés. En tout cas, aucun mot ne parlera si l’attitude de celui qui parle ne crée pas l’environnement porteur du message.

L’oeil écoute, et l’oreille n’entend bien que si elle voit. L’espace n’est pas une ligne de téléphone où un émetteur s’entretient avec un récepteur. L’espace est un volume où le sonore et le visuel s’unissent et se complètent. Ils établissent alors une communication qui n’atteindra l’intelligence et le coeur que par la mise en jeu des cinq sens.

L’espace liturgique est un lieu où le croyant peut célébrer avec tout son être.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Centre National de Pastorale Liturgique

Devenu en 2007 Service National de la Pastorale Liturgique, un service de la Conférence des évêques de France (CEF).

(re)publié: 01/02/2020
1ère public.: 30/11/1995