LogoAppli mobile

Marie-Louise VALENTIN et Hubert BOUREL

Ils sont chanteurs chrétiens, auteurs-compositeurs. Après avoir été enseignants pendant une dizaine d’années (Marie-Louise institutrice et Hubert professeur de Lettres-Histoire), aujourd’hui ils en ont fait une vocation et un métier.

Extrait de « Au soleil de nos rencontres »

Extrait de « Un peuple en marche »

Extrait de « Chantez, priez, célébrez le Seigneur »

Ils ont réalisé 7 disques depuis 1992 et ont participé à de nombreux enregistrements. Ils tournent principalement à travers la France, et les pays francophones. Ce sont plus de 100 veillées et animations qu’ils ont à leur calendrier 1998, celui de 1999 se remplit ainsi que celui de l’an 2000.

Chantant d’abord chacun de leur coté, ils se rencontrent lors d’un enregistrement pour la revue « Terres lointaines » en 1993. Ils décident d’unir leur expérience d’artistes en 1995 et leurs vies en 1997. Ils présentent ensemble une veillée de chansons, de type « familiale », dans laquelle ils chantent le monde, l’homme et Dieu, témoignant de leur Foi, partageant leur espérance et leur joie. Il s’agit d’une soirée de « chansons-prières » où les gens sont invités à reprendre les refrains avec eux.

Ils animent également toutes sortes de manifestations pour la catéchèse, des rassemblements, différents temps forts (locaux, régionaux, ou nationaux) de mouvements, d’associations ou de paroisses, des célébrations, des pèlerinages, et se produisent aussi auprès des écoles (avec un répertoire plus fantaisiste pour les enfants), des collèges, des lycées, dans des festivals et évènements culturels.

Quelques exemples :
- Guides de France : Au soleil de nos rencontres
- CCFD : Terre d’avenir, terre de demain
- Catéchèse : Ouvrir les mains, cueillir la lumière
- Confirmation : Renaître de l’Esprit
- Fondations du Monde nouveau : Pierres vivantes
- Scouts de France, branche Louveteaux : Fais jaillir la vie, oui, la vie
- Scouts de France, branche Pionniers : Tu as le coeur sans frontières
- Scouts de France, branche Compagnons : Allumez les étoiles
- Aumôneries : Comme un feu et Et il marche
- Paroisses : Il va venir, Un peuple en marche, ...

Marie-Louise et Hubert soulignent qu’ils trouvent toujours une solution de financement et qu’ils se chargent de toutes les démarches administratives. Bientôt, l’Association Syméon, qui soutient leur démarche, va prochainement faire une présentation de leur calendrier de tournée sur Internet.

Marie-Louise Valentin

Née le 29 Juillet 1963 à Enghien-les-Bains
- Animatrice liturgique pendant 14 ans
- Responsable d’aumônerie pendant 3 ans
- Se forme vocalement et pour la direction de choeur à 3 voix égales auprès des cadres des chorales A Coeur Joie
- 3 années d’animation en école de musique pour les 2 à 6 ans
- Dirige une chorale d’enfants en école de musique et une chorale paroissiale de jeunes
- 8 années de technique vocale auprès d’un professionnel du chant
- Elle chante dans plusieurs formations vocales, notamment dans l’octuor Fontonze
- 10 ans d’enseignement en école primaire
- Elle anime de nombreux temps forts sur son diocèse, pour des associations ou pour les églises protestantes.
- Elle prête sa voix à différents enregistrements en studio

Hubert Bourel

Né le 13 Janvier 1964 à Lille
- Formation : 8 années en lettres et en théologie
- Animateur pastoral pendant 3 ans auprès des lycéens du public et du privé
- Il chante dans le groupe musical Rencontre dans l’Ouest
- Il anime de nombreux temps forts pour les mouvements
- 1988 : Guitariste de Raymond FAU en tournée
- 8 ans d’enseignement en Lycée, LEP et collège
- Formation vocale au Studio des Variétés à Paris, puis élève à l’Atelier Vocal

La Bretagne a eu la chance cet été de découvrir le tour de chant de Marie-Louise Valentin et d’Hubert Bourel, accompagnés de Patrice Cinelu, guitariste professionnel, et de leurs plus fidèles supporters : Geneviève, Xavier, Nathalie et Marie-Jo. Comment expliquer qu’avec tant de talents, ces artistes soient encore si méconnus... de la France profonde tout au moins ?

Ayant eu l’occasion de les côtoyer au cours de leur spectacle, et plus encore en dehors, je me laisse aller à faire part de ce que j’ai pu ressentir.

Leur conviction est puissante. Ce sont des croyants dont l’espace intérieur est habité par Celui qui les précède et ne cesse de venir. Ils se sentent comme investis d’une mission : annoncer, oser dire leur Foi. Une Bonne Nouvelle ne peut être gardée pour soi. Elle se crie, elle se chante... en peuple. Un peuple pèlerin qui va, tâtonne, mais qui avance ensemble, chemine. Ils savent que, ce qui donne du prix à la marche de chaque homme, c’est de prolonger d’un pas la marche de toute l’humanité.

Ils ont le désir de s’approcher des gens, de ne pas rester sur l’estrade. Créer la relation. Favoriser la rencontre. Respecter l’enfant, le jeune, l’adulte. Toujours là pour accueillir, ouvrir la porte à celui qui vient. Croiser son regard. Toucher sa main. Faire passer quelque chose de ce qu’ils sont. Et déjà mettre en confiance...

Mais revenons à ce qui fait d’eux des artistes. Ce qui frappe d’emblée, ce sont les voix. Celle de Marie-Louise est chaude, profonde, à la fois douce et forte, mais toujours emplie de soleil et de sourire. La voix d’Hubert souvent grave laisse aisément deviner l’émotion quasi épidermique du chanteur face aux questions que se posent les hommes et les femmes d’aujourd’hui en quête de sens, de repères, de valeurs. Et puis il règne une atmosphère de beau, de grand qui aspire vers le haut le spectateur encore tout englué dans son quotidien trop plat ou trop complexe. Soudain, c’est comme si tout devenait clair, limpide, transparent ! Tout y contribue la tenue sur scène, la joie, le tonus, la fraîcheur des artistes, le traitement de la lumière tendant à valoriser, voire même à sublimer la beauté naturelle de l’architecture, du mobilier et de la statuaire du lieu sacré qui sert d’écrin au spectacle. Le texte respire le vrai, l’authentique, le parler actuel des gens. Un seul objectif : permettre au spectateur de passer sur une autre berge, celle de l’intériorité. Une brèche suffisante pour laisser passer Dieu.

Quant à Patrice, peut-être trop dans la pénombre sur scène, il se distingue par la discrétion de son accompagnement. En le regardant faire et en l’écoutant, tout semble aller de soi. Souriant, décontracté, calme. Tantôt méditatif, il égrène un récit musical à peine audible. Tantôt il laisse sa guitare converser avec celle d’Hubert, avec dans le regard, la complicité de vieux compagnons tout heureux d’être ensemble.

J’ai pu aussi observer de petites choses côté coulisses ! Leur professionnalisme d’abord. Rien n’est traité à la légère. Un programme parfaitement huilé. Le réglage du son et des lumières. Le soin apporté au rangement du matériel. L’aménagement du camion. La gestion des finances. L’anticipation de leur répertoire. Le lien avec les autres artistes chrétiens. Le souci permanent de rester en contact avec l’Eglise et ses responsables. La prise de contact avec les paroisses, la relance, l’information...

Je dois souligner l’humanité et la simplicité de ceux qui osent demander un hébergement en prenant le risque d’être parfois déçus. Des artistes qui savent partager leur joie mais aussi leur fatigue, leur stress, leur souci d’avenir. Des artistes capables de tomber de leur nuage pour vibrer sur le terrain comme et avec tout le monde pendant le Mondial de football même si certains soirs ils auraient sans doute préféré que l’équipe de France ne joue pas à la même heure qu’eux. Des artistes qui laissent éclater leur joie quand ils se sentent compris, accueillis et soutenus dans leur démarche... et d’abord par les prêtres eux-mêmes. Car ces artistes ont conscience de servir l’Eglise en lui apportant un souffle nouveau avec les compétences qui leur sont propres.

Merci à vous Marie-Louise, Hubert, Patrice, et tous ceux qui entourent votre projet. Vous êtes des porteurs d’espérance. Continuez à allumer des étoiles pour notre monde et notre Eglise.

Jean-François LECRIVAIN

Contact

Association Syméon
26 rue du Picolo
F-95210 Saint Gratien, France
+33 1 39892420
Email

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 09/01/2011