LogoAppli mobile

Prière autour de Thomas

Thomas est mort d’un cancer du poumon à 12 ans, en mars 2000. Thomas était élève à ‘Votre école chez vous’ (www.vecv.org), dont Noël Copin était le président. Le jour des funérailles de Thomas, il a partagé cette prière.

Seigneur, nous avons bien du mal à comprendre.
Nous avons bien du mal à Te comprendre.
Nous avons bien du mal à accepter.
Nous éprouvons un sentiment de révolte : Pourquoi Thomas ? Pourquoi un enfant ?

Seigneur, Tu nous avais pourtant dit qu’aucun cheveu ne tomberait de notre tête, sans que Tu ne l’aies permis. Alors, que dis-Tu aux petits malades de Curie, de Villejuif ou d’ailleurs ? Que dis-Tu à ceux qui t’aiment ?

Mais, au milieu de notre révolte, nous avons reçu le sourire, le lumineux sourire de Thomas. Thomas qui, jusqu’aux derniers jours, jusqu’aux dernières heures, voulait accueillir ceux qui venaient à lui, rendant affection pour affection.

Ce sourire de Thomas est le signe d’une grâce.

Non la grâce qui serait seulement - et c’est déjà beaucoup - le charme de l’enfance.

Mais la grâce, Ta grâce, ce don que Tu dispenses Toi-même à ceux que Tu aimes.

La grâce qui, pour ceux qui ne croient pas en Toi, est comme un sursaut de la nature faisant qu’un être se dépasse et entraîne les autres à se dépasser.

Tu as donné à Thomas la grâce, la grâce formidable, d’aimer et d’être aimé. Nous en avons, les uns et les autres, profité.

Ces liens tissés autour de Thomas - et cette rencontre de ce soir - nous les vivons comme une grâce.

Alors Seigneur, nous Te prions.

Jésus de la crèche, nous Te confions tous les enfants du monde.
Surtout ceux, qui, comme Toi, naissent dans la misère.
Surtout ceux, qui, comme Thomas, sont frappés par la maladie.

Jésus, enfant de la Sainte Famille, nous Te prions pour tous les enfants qui n’ont pas la chance de connaitre, comme Thomas, l’amour d’une famille, d’un papa, d’une maman, d’une grande sœur.

Jésus qui, selon l’Évangile, « grandissais en âge et en sagesse », nous Te prions pour tous les enfants qui, comme Thomas, n’ont pas le temps de grandir. Donne-leur, comme à Thomas, de vivre intensément la plénitude de leur vie, si courte soit-elle.

Jésus qui, à l’âge de Thomas, T’en allais discuter avec les savants du Temple, comme lui discutait avec les docteurs à l’hôpital, nous Te prions pour tous ceux qui consacrent leur vie aux enfants, spécialement aux enfants malades :
- les enseignants qui, avec tant d’ardeur, leur permettent de développer comme tous les autres la vie de l’esprit,
- les médecins et tout le personnel hospitalier qui, avec tant de douceur, essayent de soulager leurs souffrances.

Christ des Béatitudes, console ceux qui pleurent, accueille l’un de ces cœurs purs, auxquels Tu as promis qu’ils verraient Dieu.

Christ crucifié, nous T’implorons pour toutes les mamans qui, comme la Tienne, se tenant debout au pied de la croix, assistent à l’agonie de leur enfant. Nous te prions, pour les pères, les sœurs, les frères.

Christ ressuscité, Toi qui, par le sourire de Thomas, nous fais croire plus fortement en la vie, aide-nous à passer de la révolte à l’espérance.

Christ du chemin d’Emmaüs, Toi que les voyageurs du soir ont reconnu seulement au partage du pain, mais Toi dont la parole rendait, disaient-ils, leur cœur tout brûlant au-dedans d’eux-mêmes, aide-nous à être toujours fidèles à ce que nous vivons en cet instant autour de Thomas, à cette communion avec sa mère, son père, sa sœur, les parents et amis.

Aide les chrétiens de ce quartier à partager le pain, mais aussi les peines et joies, les rires et les larmes.

Aide-les à garder, comme ceux d’Emmaüs, dans le souvenir de Thomas, un cœur brûlant de ton amour.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Noël COPIN
(re)publié: 01/03/2008