LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Janvier 2020

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Si je voulais » dit Dieu, « que les hommes m’aiment, encore fallait-il qu’ils aient la possibilité de ne pas m’aimer. »

Et il disait aussi :
« L’important, ce n’est pas ce que nous disons, mais ce que Dieu dit à travers nous. »...

Anne, Lucie, Valentine et Claire.

Elles sont initiatrices du podcast Bonne Nouv.elle : La parole inclusive du dimanche.

Elles sont théologiennes, psychologues cliniciennes, philosophes, géographes ou artistes de spectacle, peut-être célibataires, peut-être en couple, peut-être mariées et peut-être pas seulement avec des hommes, elles sont surtout des femmes révoltées par la manière dont l’Eglise invisibilise une partie de ses membres, et fatiguées de devoir se taire.

Au sein de l’Eglise dont elles font partie, il y a ceux qui pensent, parlent et dominent du haut de leur point de vue… Et puis il y a les originaux, un peu bordéliques, marginalisés parce que trop pauvres ou trop étrangers, parce que femmes ou homosexuels, considérés comme trop anti-cléricaux ou trop clivants, insuffisamment catholiques.

Elles souhaitent faire entendre ces voix en les invitant à nous parler de l’Evangile. Nous parler de ce Dieu qui s’immisce dans la trame de nos vies pour partager nos doutes et nos joies, nos souffrances aussi… Ce Dieu qui nous pousser à aimer, coûte que coûte.

Dans Bonne Nouv/elle,du premier dimanche de l’Avent 2019 au dimanche de Pâques 2020, des invitées donneront, chaque dimanche, à entendre l’homélie. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! Qu’il s’émerveille de la beauté de voix libres et plurielles.

Nouveau cri du pape contre « l’injustice » faite aux migrants

« Notre inaction est un péché ! », a prévenu le pape en installant jeudi 20 décembre, au cœur du Vatican, un crucifix vêtu d’un gilet de sauvetage retrouvé en Méditerranée.

Ce crucifix accueillera désormais les visiteurs à l’entrée du Palais apostolique. « J’ai décidé d’exposer ici ce gilet de sauvetage, « crucifié » sur cette croix pour nous rappeler que nous devons garder les yeux ouverts, garder le cœur ouvert, rappeler à chacun l’engagement absolu de sauver chaque vie humaine, devoir moral qui unit croyants et non-croyants. »
(...)
« Nous devons aider et sauver, car nous sommes tous responsables de la vie de notre prochain, a rappelé le pape. Le Seigneur nous en demandera compte au moment du Jugement. »

(La Croix, 19 décembre 2019)

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par courriel votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Un objet :

Ce n’est pas sous son nom d’origine grec qu’il apparaît dans la Bible.
C’est un drame dont finalement on profite que cet objet fait revivre.
Tel qu’il est représenté en général, il accompagnait les fêtes autrefois.
Pour que cela aille mieux, on souhaite qu’il s’éloigne.
S’il est vide jusqu’au déchet, c’est qu’il n’y a pas beaucoup d’espoir.
Il en faut plusieurs pour drainer les déchets.
C’est en son intérieur que l’insecte se régale.
S’il change de nom et qu’il perd donc son aspect religieux et est inoccupé, on le plaint.

La photo du sacristain

Le sacristain a besoin de dépaysement après le stress de Noël.
Sur cette photo, prise il y a quelques jours, vous le reconnaissez aisément. Il aide son copain Holger, sacristain de Bödersdorf au Tyrol (Autriche), à déblayer la neige.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/01/2020