LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Février 2020

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« La liberté de Dieu...
Mais n’exigez pas qu’il intervienne à chaque instant dans votre vie pour des riens ridicules,
car du même coup vous faites sauter votre liberté à vous, votre faculté de choix et vous rendez absurde la situation divine. »

Et il disait aussi :
« Il existe deux sortes de vices : les péchés sans plaisir et les vertus sans amour. »

A la manif du 19 janvier dernier à Paris...

A la fin de la manifestation, un écran géant, avenue de l’Opéra, barre l’avenue sur toute sa largeur, et les responsables des 22 associations du collectif Marchons enfants prennent la parole tour à tour sur le podium.

Une des nièces du sacristain entend une dame âgée, au bord de l’avenue noire de monde, demander à son voisin :
- C’est un spectacle ?
Lequel (en col romain) répond en souriant :
- Pas vraiment...

Négligence calculée ?

Le sacristain est dubitatif après avoir lu dans La Croix un article qui fait état de la mise au point du secrétaire de Benoît XVI : ce dernier n’est absolument pas coauteur du livre « Des profondeurs de nos cœurs » prétendument cosigné de Benoît XVI et du cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Livre qui défend le célibat des prêtres et s’oppose donc à quelques ouvertures entrevues dans les préconisations du synode d’Amazonie.
Comme par hasard dès la sortie (par les éditions Fayard pour la version en français) de ce livre prétendument à deux auteurs, celui-ci s’est vendu « presque comme des petits pains ».

L’éditeur n’a donc pas pris soin, avant de publier le premier tirage, de vérifier que les deux auteurs étaient réellement coauteurs... Négligence ou... désir de bénéfices gonflés par le renom de l’auteur non vérifié ?

Coq patrimonial

Odeurs de fumier, chants de coqs, de cigales entrent désormais dans le code de l’environnement, comme faisant partie des milieux naturels. Une protection que les députés français qui ont voté pour cette proposition de loi, jeudi 30 janvier, espèrent dissuasive en matière de plaintes pour nuisances.
Le sacristain s’en réjouit.
Le texte prévoit également un inventaire par terroirs des « bruits et des odeurs caractérisantes qu’on veut protéger au nom du patrimoine sensoriel », selon son auteur. « Sur nos petits chemins ruraux, il y a des bouses, ça fait partie intégrante de la vie rurale. Et les gens le découvrent : “Mais ça sent !” Eh oui ! » a déclaré le député à l’origine de cette proposition de loi.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par courriel votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

OK ? Tout le monde a compris ? Alors, allons-y et faisons avancer le schmilblick :

D’après vous, à quoi pense Hilaire Lecouédic, le copain du sacristain qui surveille les quais, quand il dit : « C’est comme la minijupe, il faut qu’elle soit suffisamment courte pour attirer l’attention, et suffisamment longue pour couvrir le sujet. »

La photo du sacristain

Le sacristain était à Paris, le 19 janvier. La preuve : c’est lui qui tient le drapeau français !

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/02/2020