LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Février 2017

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Dieu, avec le tissu le plus rude, fait le plus précieux des vêtements. »

Et il disait encore :
« La plus noble des victoires est celle que je remporte que sur moi-même. »

La question du capitaine

Voici une question que notre capitaine Aloyse se pose : « L’homo faber est créateur de ses outils, cela est déjà dit par Aristote. Mais en retour l’outil façonne-t-il l’homme ? En ce sens qu’il serait capable de modifier sa manière d’être, de se comporter, de penser. En dehors des réponses évidentes et banales, y en a-t-il davantage ? » 
Répondez lui directement en cliquant ici

Encore des chiffres....

Près de quatre millions de personnes ont participé aux rencontres avec le pape François au Vatican durant l’année 2016. C’est ce qu’a annoncé la préfecture de la Maison pontificale le 29 décembre. L’année du Jubilé de la miséricorde a attiré 800 000 personnes de plus qu’en 2015.
Comme en chaque fin d’année, la préfecture a publié les chiffres de la participation des fidèles aux diverses rencontres avec le pape au Vatican au cours de l’année écoulée : audiences générales et spéciales, audiences jubilaires, célébrations liturgiques, ainsi que prières mariales des dimanches et des fêtes (angélus et Regina Coeli).
Il s’agit, précise un communiqué, de données « approximatives » calculées sur la base des billets distribués et d’une estime « sommaire » des présences aux célébrations place Saint-Pierre.

Le délit de solidarité

Procès d’habitants de la vallée de la Roya « coupables » d’être venus en aide à des réfugiés, avec la menace de lourdes sanctions. Mesures d’intimidation, poursuites - et parfois condamnations de personnes ayant agi en soutien de migrants ou de Roms, à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux... On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est tenue pour un délit.

Il est clair que les autorités entendent faire plier les citoyens qui n’adhèrent pas aux politiques de non accueil et de mise à l’écart des migrants, et qu’elles n’hésitent pas pour cela à les assimiler à ceux qui profitent de la vulnérabilité des exilés et les exploitent, passeurs et trafiquants en tout genre.

Un collectif de 100 organisations associatives ou syndicales, dont Emmaüs ou le Secours Catholique publient un manifeste par lequel elles entendent dénoncer ces procédés. Dans les semaines qui viennent, elles mettront en œuvre toutes sortes d’actions afin que soient préservés le droit de regard, le droit de critique, le droit de s’opposer à des politiques qu’on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu’en agent de politiques de fermeture : le droit d’agir en toute humanité.

Dans ce manifeste on peut lire :
Avec l’instauration de l’état d’urgence, et dans le contexte baptisé « crise migratoire », on assiste à une recrudescence de poursuites visant à empêcher l’expression de la solidarité envers migrants, réfugiés, roms, sans-papiers...
Plusieurs réformes successives ont été faites, dont celle du 31 décembre 2012 qui a été présentée comme la « suppression » du délit de solidarité. Il n’en est rien : malgré tout, des personnes ayant manifesté leur solidarité avec des étrangers sans titre de séjour continuent d’être inquiétées : convocations à la police ou à la gendarmerie, gardes à vue, perquisitions, écoutes téléphoniques, voire poursuites et parfois peines d’amende et emprisonnement.

Dans le même temps, des poursuites ont commencé d’être menées sur la base de textes sans rapport avec l’immigration :
Les délits d’outrage, d’« entrave à la circulation d’un aéronef », pour réprimer les passagers qui, voyant des personnes ligotées et bâillonnées dans un avion, protestent contre la violence des expulsions, d’emploi d’un travailleur étranger sans autorisation de travail pour ceux qui acceptent que leurs hôtes les aident à effectuer des tâches domestiques. la réglementation en matière d’urbanisme, des textes sur l’hygiène ou la sécurité pou empêcher des hébergements, l’absence de ceinture de sécurité et d’un siège pour une fillette à bord d’un camion etc.

Le sacristain pense que l’évêque de la Rochelle qui vient de lancer un vibrant appel le 11 janvier disant par exemple : « Nous sommes appelés à adopter la perspective des sans-droits, à leur prêter notre voix et à défendre leur dignité (…). Chacun d’entre nous doit se demander comment il peut contribuer à ce que guérissent les blessures des mineurs migrants et à ce qu’ils trouvent dans nos pays une nouvelle patrie » va bientôt être poursuivi comme les personnes qui, conscientes du problème des femmes qui ne veulent pas garder leur enfant à naître, essaient de les aider à prendre leur décision en toute connaissance de cause.

Encore un milliardaire qui se croit arrivé...

Le grand patron de Coca-Cola fait venir l’évêque dans son bureau :
- J’ai besoin de rencontrer le pape au plus vite. Un million de dollars si vous m’obtenez un rendez-vous.
- Un million pour ma paroisse. Votre bonté est sans fin... Je m’occupe de tout.
En effet, une semaine plus tard le grand homme d’affaires a son rendez-vous. A la date, il est reçu par le pape.
- Voilà, je suis prêt à vous verser trois cent millions de dollars.
- C’est une somme énorme mon fils... Que pouvons-nous faire pour vous ? Dire une messe ?
- Non, je vous verserai ces fonds dès que vous aurez effectué un petit changement de texte à l’une de vos prières.
- Comment cela et quelle prière ?
- Eh bien, dans le Notre Père, il suffirait de remplacer le : « Donnez-nous notre pain quotidien » par « Donnez-nous notre Coca-Cola quotidien ».
- Mon fils, nous sommes scandalisés par une telle proposition ! Veuillez quitter le Vatican à l’instant !
- Et pour un milliard de dollars ?
- Partez ou nous vous faisons expulser !
Le grand patron sort et, une fois dans sa limousine, il dit à son conseiller :
- Je me demande quelle somme le syndicat de la boulangerie lui a offerte...

Le christianisme est concret

A propos du nouveau président des Etats-Unis, le pape François affirme : « Nous verrons ce qui arrivera. Je n’aime pas anticiper les faits, ni juger la personne trop tôt… Nous verrons ce qu’il fera et nous évaluerons. Toujours sur le concret. Le christianisme est concret ou ce n’est pas du christianisme. »

Le sacristain pense que ce jugement peut être appliqué à beaucoup de polémiques qui agitent notre société.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par courriel votre solution à [jules.lagoutte portstnicolas.org].

S’il fut un des pères de l’Europe, il fut un acteur déterminant d’une séparation théologique majeure à propos d’un mot de latin de cuisine, séparation qui n’a pas encore été comblée. Il reçut une dignité issue d’une vieille tradition perdue depuis le commencement du Moyen-Âge. Après sa mort, il fut canonisé mais cette canonisation n’a jamais été reconnue car elle fut prononcée par un anti-pape. Les enfants le reconnaissent comme un inventeur fameux.

Qui est-ce ?

La photo du sacristain

Le sacristain et ses amis vont sans doute marcher sur l’eau.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/02/2017