Menu
Potins du sacristain 2017

Potins du sacristain - Mars 2017

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Au revoir

Cette vierge qui trône dans une cuverie de Pommard est ici tout simplement en souvenir du plus âgé des neveux d’oncle Pierre qui y a passé une grande partie de sa vie. Ce frère aîné d’Olivier vient de faire son grand passage. Il était très intéressé par l’aventure de Port Saint Nicolas pour lequel il avait participé à plusieurs reprises. Nous recommandons , ainsi que sa grande famille, à vos prières

Oncle Pierre disait :

« Je voudrais me créer un état de paix qui me permette d’accepter joies et peines avec la même égalité d’humeur. »

Et il disait encore :
« La mort c’est d’avoir plus de temps devant soi, actuellement donc, je ne suis pas mort. »

Le sacristain voudrait aussi vous faire méditer cette belle phrase entendue pendant ce mois de février :
« Le christianisme n’est pas une religion de purs esprits. La foi demande avant tout à être vécue et incarnée. »

Il faut toujours être très précis quand on demande quelque chose

Un curé de campagne est en prière au chevet de sa vieille mère qui vient de mourir. En pleurant, il implore le bon Dieu :
- Mon Dieu, toute ma vie je vous ai servi et je ne vous ai jamais rien demandé en échange. Mais aujourd’hui, je vous supplie de faire quelque chose pour moi : faites que la vie renaisse dans cette pièce...
Immédiatement les papillons cloués au mur s’envolent par la fenêtre ; le perroquet empaillé se met à parler et le tapis, fait d’une peau d’ours, se met à rugir et dévore tout le monde.

En 2017, la DCC a 50 ans ! Popularum progressio, aussi !

La Délégation Catholique pour la Coopération a été créée en 1967 par les évêques de France et les congrégations religieuses françaises, masculines et féminines, à la demande de l’État qui souhaitait un « guichet unique » pour accueillir les demandes de coopération dans le cadre du service militaire...
Sans renier les intentions et les ambitions premières, la DCC et le volontariat ont beaucoup évolué :
ouverture aux femmes, suspension du service militaire, loi de 2005 sur le VSI (Volontariat de solidarité internationale), avec des profils de volontaires très différents.
Depuis 1967, près de 20 000 volontaires ont été envoyés en mission par la DCC, auprès de nombreux partenaires, au service des populations les plus pauvres dans plus de 50 pays.
Tout au long du jubilé, qui sera clôturé le 5 décembre – Journée internationale du volontariat – à Paris, auront lieu des temps de fête et de mobilisation en France et dans les pays du Sud où les volontaires de la DCC sont présents.

L’initiative

Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans, a décidé de confier une Bible aux jeunes mariés. Cette idée constitue un événement qui devra se multiplier dans le monde catholique à l’exemple du protestantisme.
L’Écriture sainte – la Bible hébraïque comme l’Évangile – n’est plus seulement reçue comme un
texte à proclamer et à expliquer, mais comme une parole adressée personnellement à chacun d’entre nous, pour nous aider à poursuivre notre chemin, en portant du fruit.

(Un lecteur de La Croix - 18 janvier).

Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres (Lc 4 18)

Selon l’étude menée par l’université municipale de Sao Caetano do Sul (USCS) sur le diocèse de Santo André au Brésil, 38 % des évangéliques sont d’anciens catholiques. Ils sont davantage issus des classes populaires, affichent un plus faible niveau d’études et un revenu de 13 % inférieur à la moyenne de la région. Ils sont très engagés dans leur communauté : plus de 44 % d’entre eux fréquentent leur église plus d’une fois par semaine, et 40 % participent à des activités avec leur église, hors messe, contre 18 % des catholiques. L’étude a aussi montré de fortes « migrations au sein même des églises évangéliques pentecôtistes ».
Dans la région, le pourcentage de catholiques a chuté à 46 % en 2016 ; beaucoup, comme souvent en périphérie des grandes villes brésiliennes, se sont tournés vers les Eglises évangéliques et pentecôtistes : 35,3 % des habitants du diocèse sont évangéliques (27,1 % d’Eglises pentecôtistes et 8,2 % d’églises traditionnelles).

(La Croix, 23 février)

Le sacristain pense que nous les cathos , nous avons encore beaucoup à faire pour que réellement nous sachions annoncer la bonne nouvelle à tous. Haut les cœurs !!!.

Blague d’un autre siècle

Le père Martin donne son cours de catéchisme :
- François, peux-tu me dire ce c’est que l’état de grâce ?
- II faut vous tenir au courant, mon père, il y a longtemps que princesse de Monaco est morte dans un accident d’auto...

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par courriel votre solution à notre équipier Olivier.

S’il fut l’ancêtre de l’or noir, Il fut d’abord reconnu pour être plus fort que l’eau, et ensuite symbole de réconciliation et de paix. C’est au mois de mars qu’il se refait une beauté, pour se préparer soit à l’ornement d’une ville ou d’un jardin, soit à la production dans un jardin ou dans les champs. Production qui trône sur toute bonne table et dans toute les sacristies, étant utilisée dans les grandes occasions. Il a sa mosquée dans les souks de Tunis. Et il est le seul de son espèce qui permet aussi de caractériser un homme ; il perd alors son sens commun pour devenir particulier. Et tous les chercheurs d’énigme du Port Saint Nicolas, une fois encore, vont forcement trouver ce qui se cache dans cette énigme.

La photo du sacristain


Le sacristain a pris sa guitare, s’est mis à jouer dans un coin du bar de la Marine.

 
(re)publié: 01/03/2017