LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Juin 2016

Voilà, vous êtes au Bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« L’Évangile est l’enchantement des réalités terrestres. »

Et il disait encore :
« Au ciel, je serai vraiment moi. »

Plus de Noël au Népal

Le gouvernement népalais a décidé de retirer Noël de la liste des jours fériés nationaux, provoquant la colère des chrétiens, a rapporté lundi 4 avril l’agence Asianews. La Nativité était, depuis huit ans, la seule fête chrétienne fériée dans le pays, qui compte en revanche 83 jours chômés à l’occasion de fêtes hindoues.
« Nous sommes obligés de prendre cette décision, non pas pour faire du tort aux chrétiens, mais pour contrôler le nombre trop important de jours fériés », s’est défendu le ministre népalais de l’intérieur, qui s’est dit prêt à accorder un congé pour Noël aux fonctionnaires chrétiens. (RV)

Le site du baptême de Jésus bientôt accessible

La zone de Qasr al-Yahud, qui s’étend autour de la rive occidentale du Jourdain, à la hauteur du lieu identifié par la tradition comme celui du baptême de Jésus Christ, sera nettoyé des mines et autres engins explosifs qui s’y trouvent encore disséminés, cinquante ans après la guerre des Six jours (5-10 juin 1967).
Selon l’agence FIDES, qui se réfère à la presse israélienne, la zone qui sera prochainement déminée s’étend sur quelques 100 ha et se trouve inaccessible depuis 1967. Le projet de déminage sera réalisé sous la supervision du Ministère de la Défense israélien en collaboration avec la société britannique Halo Trust, spécialisée dans l’enlèvement des mines et engins n’ayant pas explosé. L’opération devrait s’achever d’ici la fin de cette année. (RV)

Le foot une religion... traitons le comme tel

Emmanuel Pic, curé de la paroisse Saint-Pierre de Dijon, n’est pas un passionné de foot et trouve choquantes les sommes dépensées par les édiles, 16 millions d’euros pour une fan-zone à Paris, 18 millions pour une nouvelle tribune dans le stade Gaston-Gérard à Dijon par exemple.
« Qu’est-ce que vous voulez, dit-il, il n’y a plus d’argent. Plus d’argent pour les postes dans les villages, les hôpitaux en zone rurale, et bien sûr plus d’argent pour ces gens-là qui seraient aussi bien chez eux. Il y a le caractère choquant de dépenses engagées ici et refusées là. Il y a les abus engendrés par l’argent facile, les salaires mirobolants, les comportements délirants, les excès de l’hypermédiatisation. Il y a les tentations démagogiques d’élus qui ont retenu l’éternelle leçon de Rome : pour gagner les élections, il faut offrir des jeux. Il y a, enfin, le dévoiement d’un idéal : ce qui fascine dans le sport, dans ce sport, ce n’est plus la discipline et l’attention aux autres, mais l’appât du gain et le culte du héros. »
Alors, pour calmer le jeu, je propose une réforme : que soit proposée à l’Assemblée une loi portant séparation du foot et de l’État, avec, comme c’est le cas pour les cultes, un régime spécifique pour des associations sportives dont l’origine et la destination des sommes recueillies seraient sévèrement contrôlées. Cette loi, dont l’article premier proclamerait la liberté sportive, déclarerait dès son article 2 que la République ne subventionne ni ne salarie aucun sport. Elle ferait accomplir au monde du sport la conversion qui a été exigée de l’Église catholique au début du siècle dernier : revenir à la simplicité des origines, cesser les compromissions avec le pouvoir en place, et refaire du sport en général – et du foot en particulier – le lieu d’éducation et de transmission de valeurs qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. (Témoignage Chrétien)

La pub du sacristain

Depuis octobre 2002 (autorisation par la justice française de déformer un symbole chrétien à des fins mercantiles : l’affiche « Amen » qui entremêle la croix chrétienne et la croix gammée), le sacristain tourne le concept dans le sens inverse et fait de la pub chrétienne avec des symboles laïcs, au nom de la même liberté d’expression.

Original : Orange
Original : Orange

Les conversions suspectes

David et Moshé discutent.
Moshé dit :
 Tu connais mon fils Simon ?
 Bien sûr, je connais ton fils Simon, il jouait avec mon gamin tous les jours dans la cour.
 Eh ben, c’est bizarre, je l’ai envoyé en Israël pour qu’il devienne plus religieux et il est revenu catholique.
 Ah ben tiens, ça c’est vraiment bizarre... Tu connais mon fils Raphaël ?
 Bien sûr je le connais, il mangeait chez nous le couscous le samedi midi...
 Eh ben moi aussi je l’ai envoyé en Israël, eh bien il est aussi revenu catholique...
 Viens, on va voir le rabbin parce que c’est trop bizarre...
Ils vont voir le rabbin et lui racontent l’histoire. Le rabbin s’étonne :
 Mais c’est complètement fou, ça... Vous connaissez mon fils Natanael.
 Bien sûr, on était à sa bar mitsvah...
 Eh ben moi aussi je l’ai envoyé en Israël, et il est revenu catholique... !!
 Écoutez, rabbin, appelez le Bon Dieu et demandez lui ce qu’il en pense.
Alors le rabbin l’appelle et lui raconte. Et Dieu répond :
 Tiens ! C’est curieux ce que tu me racontes là... Tu connais mon fils ?

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par courriel votre solution à [jules.lagoutte portstnicolas.org].

Le sacristain a vérifié que cet objet liturgique utilisé pour un geste de charité et de compassion figure bien dans “Les mots de la tribu” (voir la rubrique Quais). Mais il a découvert que cet objet pouvait aussi être une personne soit gardien de musée, soit personnage important dans la hiérarchie catholique du Moyen-Orient, gardien aussi en quelque sorte de la tradition. C’est généralement un franciscain qui a cette charge... Mais en regardant son dictionnaire il a aussi découvert que c’était aussi une partie latérale d’une automobile, va savoir pourquoi ???
Quel est donc cet objet... ?

La photo du sacristain

Vous voulez parler au sacristain ? Pas de problème, il est sur la VHF, canal 10, en train de pêcher...

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/06/2016