LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Février 2016

Voilà, vous êtes au Bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Un rayon de soleil dans une chambre et on voit des tas de poussière… Ainsi, avec la lumière de Dieu, je vois tous mes pauvres péchés. »

Et il disait encore :
« Quand les épreuves arrivent, on ne les regarde pas de la même manière que ceux qui ne connaissent pas Dieu. »

Vous avez dit : Fidélité ?

Quand on y réfléchit bien, tous les problèmes qu’a eus Israël dans la Bible sont venus de ses entorses à la fidélité aux alliances avec Dieu depuis Abraham...
Mais cette notion est devenue un peu ringarde et l’exemple donné par nos dirigeants et autres personnages publics, que ce soit dans la sphère politique ou privée, n’est pas toujours édifiant.

Cependant, la fidélité conjugale est une partie intégrante de l’union de deux personnes liées par le mariage, et ceci pas seulement dans le sacrement de mariage (pour les catholiques). Aujourd’hui, lors du mariage civil, l’obligation de fidélité figure toujours clairement dans l’article 212 du code civil : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. »
Mais la Cour de cassation a entériné une évolution jurisprudentielle notable en jugeant que « l’infidélité conjugale » n’était plus « contraire à la représentation commune de la morale ».
Les juges aux affaires familiales pourraient ainsi considérer, à terme, que l’infidélité n’a plus à figurer dans la liste des griefs retenus aujourd’hui dans les divorces pour faute…
Cet arrêt pourrait par ailleurs donner des arguments à ceux qui désirent faire disparaître cette obligation du droit français car, d’après Hugues Fulchiron, professeur de droit à l’université Lyon III : « On le sait, certains estiment que l’infidélité n’étant plus pénalisée, l’obligation de fidélité n’a plus lieu d’être. »
(La Croix, 13-01-2016)

Le sacristain espère que jamais l’Église ne changera le sens des mots de la promesse du mariage et que nous devons tout faire pour que ce beau sacrement garde sa grandeur.

Dieu et le diable

Une vieille dame très chrétienne sort sur le pas de sa porte tous les matins et s’exclame : « Gloire à Dieu ! » Et tous les matins, l’athée de la porte d’à côté lui répond : « Dieu n’existe pas ! »
Et c’est ainsi pendant des semaines. « Gloire à Dieu ! », crie la dame. « Dieu n’existe pas ! », lui répond le voisin.
Le temps passe, puis un jour, la dame connaît des difficultés financières et n’a plus les moyens d’acheter de quoi se nourrir. Sur le seuil de sa maison, à haute voix, elle demande à Dieu de lui envoyer quelques provisions, puis ajoute : « Gloire à Dieu ! »
Le lendemain, quand elle met le nez dehors au petit matin, les provisions qu’elle a demandées sont là. Bien sûr, elle crie : « Gloire à Dieu ! » L’athée bondit de derrière un buisson et dit : « Tu n’as rien compris, c’est moi qui ai acheté tout cela. Dieu n’existe pas ! »
La dame le regarde et sourit. Elle s’écrie : « Gloire à Dieu ! Non seulement tu as fait le nécessaire pour moi, Seigneur, mais en plus tu as fait en sorte que ce soit Satan qui paye ! »

Laudato si’ en pratique

Dix vélos électriques ont été offerts au pape François par une usine de la ville italienne de Prato – visitée par le pape le 10 novembre 2015 – « qui fait de l’écologie un style avant d’en faire une marque de production », la NWG, « spécialisée dans le secteur des énergies renouvelables », indique Radio Vatican.
En 2012, l’usine a déjà fait don d’une mini-voiture électrique à Benoît XVI, qui a fait installer des panneaux photovoltaïques sur le toit de la salle Paul VI pour garantir son chauffage et sa climatisation de façon non polluante.

Naissance insolite

Maria-Claudia, une jeune femme roumaine sans-abri de 36 ans, a mis au monde une petite fille, devant la colonnade de la place Saint-Pierre, sur le trottoir de la place Pie XII, dans la nuit de mardi 19 à mercredi 20 janvier, à 2 heures du matin, alors que les températures avoisinaient 0° C.
La jeune femme a été secourue par deux policiers de l’Inspectorat du Vatican, dont une femme, et ils ont réchauffé l’enfant dans un vêtement en laine polaire en attendant l’ambulance ; l’enfant et sa mère ont ensuite été emmenées à l’hôpital voisin du Saint-Esprit.
Krajewski leur a offert, au nom du pape, l’hospitalité pour un an à la maison pour jeunes mamans seules, gérée par les sœurs de Mère Teresa, dans le quartier romain de Primavalle.
La petite Irène pèse 2,9 kilos et va bien, ainsi que sa maman.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par courriel votre solution à [jules.lagoutte portstnicolas.org].

Le peintre peint...

Encore une fois, peu de personnes ont trouvé l’énigme du mois de janvier.
Le sacristain va donc vous aider en vous donnant des informations supplémentaires.

Donc, cet écrivain est un des auteurs les plus lus au monde, ses deux livres furent traduits en toutes les langues ; il fut aussi un peintre dont on n’a jamais vu réellement d’œuvres bien qu’au moins trente organisations veuillent prouver le contraire. Son totem fait allusion au métier du premier personnage de son premier livre...
Dans son second livre, il raconte les aventures mouvementées d’une autre personne qui fut son compagnon et ami et qui est connue aussi par ses écrits du genre épistolaire.

Qui sont ces deux personnages ? Ces deux personnes ont déjà fait l’objet d’énigmes du sacristain... pour une histoire de vin et de médecine.

La photo du sacristain

Le sacristain se fait promener par des amis.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/02/2016