LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Mars 2014

Voilà, vous êtes au Bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Il faut aimer Dieu et les frères, aller à Dieu par les frères, jamais Dieu sans les frères »
et il disait encore :
« L’élan missionnaire d’aujourd’hui n’est pas d’imposer sa foi, mais de faire partager son espérance. »

Comment alimenter l’émigration d’un pays

Terre Sainte : le combat du curé de Beit Jala contre le mur de séparation.
Témoignage - Un sursis de six mois pour la vallée de Crémisan, près de Bethléem. La Cour suprême israélienne a une fois encore reporté la validation du tracé du mur de séparation qui mutilerait la vallée agricole, couperait en deux les propriétés des Salésiens et délogerait 58 familles chrétiennes, en les déracinant de leurs terres ancestrales en Cisjordanie occupée.

Une nouvelle audience est prévue le 30 juillet 2014. Pour éviter de voir un jour ce mur au milieu de leurs terres, les chrétiens de Beit Jala et des environs ont organisé des messes en plein air. Des messes célébrées par le curé de Beit Jala, le père Ibrahim al-Shomali. Propos recueillis par Audrey Radondy.
Qu’est-ce qui va se passer si la Cour suprême valide le tracé du Mur de séparation ?
On espère qu’on n’arrivera pas à cette décision. Mais si ça arrive, tous leurs enfants et leurs petits-enfants, vont devoir laisser le pays et aller habiter en Europe ou en Amérique. Quoi qu’il arrive, ils ne pourront pas rester en Terre Sainte. Car la zone de Bethléem, où vit la majorité des chrétiens, c’est 16 km2. Avec cette surface, vous ne pouvez pas cultiver votre terrain ou même construire des maisons, car le Mur de séparation entoure toutes les maisons des chrétiens ou des musulmans qui habitent dans la zone de Bethléem. Donc nous n’aurons plus de futur en Terre Sainte et elle sera vide de ses habitants. (RV)

Égypte

Un changement d’attitude de la police à l’égard des coptes
Les forces de sécurité égyptiennes ont démantelé au début du mois de février, dans la région d’Assiout, un réseau criminel qui s’en prenait à la communauté copte locale. Kyrillos William, l’évêque copte catholique d’Assiout, voit dans cette opération un changement d’attitude fort de la part de la police locale à l’égard des chrétiens. Il considère par ailleurs que la destitution du commandant de la police de la province est peut-être« un signal contre l’inertie des forces de l’ordre qui avaient jusqu’ici favorisé l’impunité des criminels ».
La Croix, 4 février

Le Chemin Neuf au cœur de l’anglicanisme

Une initiative concrète en faveur de l’œcuménisme, c’est celle menée par l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, le chef de l’Église anglicane. Il a invité la communauté œcuménique du Chemin Neuf à venir s’installer chez lui, au palais de Lambeth, à Londres. Depuis janvier, quatre membres de la communauté, un couple marié d’anglicans, un luthérien et une sœur consacrée catholique, partagent les prières quotidiennes qui rythment la journée de l’archevêque qui a voulu, par ce geste, travailler à la réalisation de l’unité des chrétiens. (RV)

Nomination

Le sacristain a été heureux d’apprendre après la visite de M. Hollande au pape que « le porte-parole du Vatican annonce la nomination du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, pour coprésider le synode extraordinaire d’octobre prochain sur la pastorale de la famille ».

« Des enfants affamés dans les camps et des fabricants d’armes à la fête »

Extraits de l’homélie du pape François le 25 février 2014 (RV)

« Nous ne pouvons nous habituer à la guerre. Il semble que l’esprit de la guerre se soit emparé de nous. On pose des actes pour commémorer le centenaire de la Grande Guerre, tant de millions de morts… Et nous sommes tous scandalisés ! Mais aujourd’hui, il se passe la même chose ! Au lieu d’une grande guerre, de petites guerres, partout, des peuples divisés… Et pour défendre leur propre intérêt, ils se tuent entre eux. »
« D’où proviennent les guerres et les litiges parmi vous ? » « Les guerres, la haine, l’hostilité ne s’achètent pas au marché : elles sont ici, dans le cœur. » « Lorsque nous étions enfants, pendant le catéchisme, ils nous expliquaient l’histoire de Caïn et Abel et nous étions tous scandalisés. On ne pouvait pas accepter que quelqu’un tue son frère. Aujourd’hui, pourtant des millions de gens s’entre-tuent entre frères, entre eux. Mais nous sommes habitués. »
« La première Guerre Mondiale nous scandalise mais cette grande guerre, un peu partout, un peu cachée, ne nous scandalise pas ! Et tellement de gens meurent pour un morceau de terre, à cause d’une ambition, à cause d’une haine, à cause d’une jalousie raciale. » « La passion nous mène à la guerre, à l’esprit du monde. »
L’esprit de la guerre nous éloigne de Dieu
« Habituellement, devant un conflit, nous nous trouvons dans une curieuse situation : aller de l’avant pour le résoudre, en se disputant. Avec le langage de la guerre. Le premier langage n’est pas celui de la paix ! Et les conséquences ?
Pensez aux enfants affamés dans les camps de réfugiés… Pensez seulement à cela : c’est le fruit de la guerre ! Et si vous voulez, pensez aux grands salons mondains, aux fêtes que font ceux qui sont les patrons de l’industrie de l’armement, qui fabriquent les armes, les armes qui finissent là. L’enfant malade, affamé, dans un camp de réfugiés et les grandes fêtes, la belle vie que mènent ceux qui fabriquent les armes. » « Que se passe-t-il dans notre cœur ? » L’apôtre Jacques, nous donne un conseil simple : « Rapprochez-vous de Dieu et il se rapprochera de vous. » « Cet esprit de guerre, qui nous éloigne de Dieu, n’est pas seulement loin de nous » mais il est aussi « chez nous » :
« Combien de familles sont-elles détruites parce que le papa et la maman n’ont pas été capables de trouver la voie de la paix et préfèrent la guerre ?... La guerre nous détruit ! »
D’où proviennent les guerres et les litiges parmi vous ? Ne viennent-elles pas de vos passions ? Dans le cœur ! Moi, je vous propose aujourd’hui de prier pour la paix, pour cette paix qui ne semble être devenue qu’une parole, rien de plus.
Pour que cette parole ait la capacité d’agir, suivons le conseil de l’apôtre Jacques : « Reconnaissez votre misère ! ».
Cette misère, d’où naissent les guerres : Les guerres dans les familles, les guerres dans le quartier, les guerres partout. » « Ce que doit faire, aujourd’hui, un chrétien devant tant de guerres, partout : ’Pleurer, être en deuil, s’humilier ’. »
« Que le Seigneur nous fasse comprendre ceci et nous empêche de nous accoutumer à des nouvelles de guerre. »

L’écologie vue par le Le patriarche Bartholomée Ier

Dans notre mission spirituelle, nous avons toujours eu à cœur de prier pour que la grâce divine vienne en aide aux plus faibles. Nous avons alors rapidement constaté que l’humanité n’était pas seule en danger. L’état de l’environnement est lui aussi particulièrement préoccupant. C’est pourquoi le Patriarcat œcuménique, se fondant sur la théologie orthodoxe qui voit dans la nature un don de Dieu qui doit être traité avec dignité, soutient de nombreuses initiatives afin que le monde se réforme ou, en langage chrétien, qu’il se convertisse. Nous nous efforçons de faire comprendre le lien qui unit chacun des membres de la création. Certains parlent d’interdépendance, nous préférons parler de communion ./. L’Incarnation ne fut pas uniquement une récapitulation de toute l’humanité, mais de la création tout entière../. Nous devons nous interroger sur la manière dont nous traitons la nature et ses ressources pour mieux considérer le culte que nous rendons à Dieu. C’est là que se trouve la sacramentalité du monde.

Les religieuses de Maaloula vivantes

La télévision Al-Jazeera du Qatar a diffusé en février une nouvelle vidéo montrant plusieurs religieuses de la ville chrétienne syrienne de Maaloula, emmenées début décembre par des hommes armés. Ces femmes, présentées comme 12 religieuses du monastère grec-orthodoxe de Sainte Tecla, apparaissent sur la bande vidéo muette dont l’enregistrement remonte au 5 février, selon Al-Jazeera.

« Elles disent qu’elles sont en bonne santé, n’ont pas été maltraitées (...) et qu’elles attendent leur libération pour retourner dans leur monastère », a rapporté la télévision sans indiquer le lieu de captivité de ces religieuses et en ajoutant qu’elles sont « syriennes et libanaises » et ont été « enlevées ».
Maaloula, située à 55 km au nord de Damas, compte un grand nombre d’églises. Elle doit sa renommée à ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme. La majorité de ses habitants chrétiens sont grecs-catholiques et parlent l’araméen, la langue du Christ. RV

Le touriste comme allié pour la préservation des ressources en eau

En tant qu’activité socioéconomique de tout premier plan dans le monde, le secteur touristique doit jouer un rôle moteur et pédagogique contre le gaspillage de l’eau. Il peut devenir un allié de taille au service de la préservation et de la protection de l’environnement comme son pire ennemi.

La présence d’eau est un élément primordial dans le choix d’une destination par les touristes occidentaux, qui représentent plus de la moitié des touristes internationaux. Or un touriste utilise quatre fois plus d’eau que le citadin moyen et sous les tropiques cela monte à sept à dix fois plus d’eau, avec des conséquences lourdes pour les pays d’accueil.

Le Conseil pontifical pour les Migrants plaide en faveur d’un tourisme responsable qui garantisse le respect de l’environnement. L’humanité doit comprendre qu’elle a le devoir de gérer l’eau intelligemment. Cela passe par un changement des mentalités y compris dans le secteur du tourisme.

Des tests de dépistage du SIDA et des traitements gratuits en Tanzanie

(RV) 120 000 personnes de la région de Shinyanga (Mwanza) en Tanzanie vont pouvoir accéder gratuitement à des tests de dépistage du SIDA et à des thérapies anti-rétrovirales. Cette annonce est le fruit de la collaboration entre la Fondation Le Bon Samaritain (qui dépend du Conseil Pontifical pour les services de Santé), la société américaine Gilead Sciences et l’Eglise locale.
L’initiative comprend 4 champs d’action : le soutien aux structures déjà actives pour le diagnostic et le traitement du SIDA, le développement de programmes de formation pour le personnel impliqué, la mise en place de programmes éducatifs pour les communautés rurales du diocèse et le renforcement du soutien alimentaire envers les enfants séropositifs.

Dire « oui » pour toujours ? C’est possible !

A une époque où « faire des choix pour toute la vie semble impossible », le pape livre des recommandations pour que le « oui » et l’amour des mariés « soit stable et pour toujours ».

Le pape François a rencontré quelque 25.000 fiancés qui se préparent au mariage, en provenance du monde entier, le vendredi 14 février 2014, place Saint-Pierre, pour la Saint-Valentin.

Au cours de la rencontre, organisée par le Conseil pontifical pour la famille, le pape a dialogué avec trois couples de fiancés. Voici la traduction intégrale de ce dialogue faite par Zenit :

Et comment saint Valentin est-il devenu le saint patron des amoureux ?

La légende veut que le père Valentin avait tendance à marier ou à bénir les militaires. Une démarche qui ne plaisait pas à l’empereur Claude II, car il pensait qu’il fallait impérativement être sévères avec ces militaires. Et c’est ce qui a fait condamner Valentin.
Au début, c’était plus une fête païenne. Comment est-elle devenue une célébration chrétienne ?
A l’origine, c’était la fête des Lupercales, elle avait lieu le 15 février. C’étaient des courses d’hommes à demi-nus qui, avec des peaux de bêtes, devaient frapper les femmes pour donner la fertilité. Pour combattre cette fête, le pape de l’époque, Gélase 1er, a décidé de mettre en valeur la fête de la veille, la Saint-Valentin, qui était donc décédé le 14 février. Il a ainsi insisté sur la célébration de ce saint pour contrebalancer cette fête païenne des Lupercales.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Une flotte de l’armée américaine longeait les côtes au large de Port Saint Nicolas pour rejoindre le côtes du Moyen Orient en mission urgente. Tout à coup, le responsable du sonar vit sur son écran de contrôle un obstacle faire face à la flotte à plusieurs milles de distance. Il décida de prendre contact :
« Allo, allo, qui que vous soyez, ici la marine américaine ! Vous vous trouvez sur notre trajectoire. Veuillez modifier la vôtre de 25° pour ne pas nous percuter. Merci ! »
Au bout de quelques minutes, une réponse lui parvient :
« Bonjour, ici le commandant Fanch Legall, responsable des garde-côtes. Vous vous dirigez droit sur nous. Veuillez modifier votre trajectoire de 25° pour éviter de nous percuter ! »
Ne sachant pas quoi faire, le responsable du sonar appela son capitaine qui fit la réponse suivante :
" Bonjour, ici le capitaine Jones. Nous sommes actuellement en mission. Veuillez modifier votre trajectoire de 25 ° pour éviter de nous percuter.
 Non, répondit Legall, c’est à vous de modifier votre trajectoire. « Le capitaine Jones partit alors chercher l’amiral McCarthy. Celui-ci fit la réponse suivante : » Bonjour, ici l’amiral McCarthy de l’US Navy à bord de l’USS Tapioca. Nous allons en mission au Moyen Orient. Nous avons avec nous trois porte-avions, deux sous-marins et quatre destroyers. Nous vous invitons à modifier votre trajectoire de 25 ° ou nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de notre flotte ! "
Legall marqua un léger silence, puis répondit à son tour. Après cette réponse, l’amiral ordonna à sa flotte de modifier sa trajectoire de 25°.
Qu’a dit Fanch Legall pour faire changer d’avis l’amiral McCarthy ?

La photo du sacristain


Le sacristain profite du mauvais temps pour installer une machine à laver.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/03/2014